Page:Revue des Deux Mondes - 1871 - tome 94.djvu/565

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


prit les armes avec un frémissement de joie, et l’on nous dirigea vers le rond-point de Courbevoie, où des batteries de campagne nous avaient précédés. Là on mit l’arme au pied, et on attendit. Aucun bruit ne venait de la plaine. Si on ne nous attaquait pas, c’est que nous allions attaquer. On attendit encore; un contre-ordre arriva, et on nous ramena la tête basse dans nos cantonnemens.

Le lendemain, l’ennui reprit de plus belle. Il y avait déjà plus d’un mois que l’investissement avait commencé, et je n’avais pas encore tiré un coup de fusil. On vidait les gamelles deux fois par jour, on jouait au bouchon, on se promenait les mains dans les poches, on pêchait à la ligne, on bourrait sa pipe, on la fumait, on la bourrait de nouveau, on regardait les petits nuages blancs qui s’élevaient au-dessus du Mont-Valérien après chaque coup de canon, on s’intéressait au vol des obus, on cherchait une place où dormir au soleil dans l’herbe.

Cependant le 21 octobre on nous fit prendre les armes de grand matin. Le bataillon s’ébranla; il avait le pas léger. Pour ma part, je n’étais point fâché de voir ce que c’était qu’une affaire en ligne. Tout m’intéressait dans cette marche au clair soleil d’automne. Le remblai du chemin de fer franchi, on nous fit faire halte. Pourquoi? L’esprit frondeur qui, sous le premier empire, avait rempli la vieille garde de grognards, s’exhalait déjà dans nos rangs en quolibets et en réflexions ironiques, et comme mon serre-file demandait à voix basse la cause de ce temps d’arrêt : — Ah ! tu veux savoir, toi qui es curieux, pourquoi on nous fait attendre les pieds dans la rosée, au risque de nous faire attraper des rhumes de cerveau? dit un caporal; je vais te le dire en confidence, mais à la condition que tu garderas ce secret pour toi. — Et, sans attendre la réponse du camarade, le caporal, se faisant de ses deux mains un porte-voix, reprit d’une voix sourde : — Vois-tu, petit, on attend pour donner aux Prussiens, qui sont à flâner sur une longue ligne, le loisir de se rassembler en tas... C’est une ruse de guerre. — Les soldats se mirent à rire, les officiers firent semblant de n’avoir rien entendu. J’ai pu remarquer depuis lors que cet esprit gouailleur, pour me servir du terme parisien, est une des habitudes, je pourrais dire des traditions de l’armée. Elle n’a point d’influence sur le courage personnel du soldat, ni même sur la discipline. Le soldat entretient sa gaîté aux dépens de ses chefs; mais, bien commandé, il marche bravement, et, s’il réussit, il se moque au bivouac de sa propre raillerie. Vers onze heures, le bataillon reprit sa marche. Le contre-ordre qu’on redoutait n’était pas venu. Nanterre fut traversé. Il n’y avait personne sur le pas des maisons. Le village des rosières avait un aspect désolé. Les magasins étaient fermés, les fenêtres closes, le