Page:Revue des Deux Mondes - 1871 - tome 94.djvu/566

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


silence partout. Le bruit de notre marche cadencée sonnait entre la double rangée des maisons vides. Parfois cependant les têtes de quelques habitans obstinés apparaissaient derrière un pan de rideau. Nous avancions le long de la levée du chemin de fer de Saint-Germain dans la direction de Chatou, laissant derrière nos files la station de Rueil-Bougival.

Il me serait impossible d’exprimer ce qui se passait en moi, tandis que je parcourais, le chassepot sur l’épaule, en compagnie de quelques milliers de soldats, ce pays charmant dont je connaissais les moindres coins. Mes yeux regardaient en avant, et ma pensée regardait en arrière. Une partie du 3e bataillon servait de soutien à l’artillerie, qui tirait à volées sur la Malmaison et la Celle-Saint-Cloud, d’où les batteries prussiennes répondaient faiblement. Les obus qu’elles nous envoyaient dépassaient nos canons et tombaient près de nous; mais, reçus par une terre humide et meuble, ces projectiles n’éclataient pas tous et nous faisaient peu de mal. J’avais oublié Bougival et les promenades faites en canot en d’autres temps pour ne plus m’occuper que des obus : ils sifflaient l’un après l’autre et continuaient à tomber tantôt plus loin, tantôt plus près. Cette immobilité à laquelle nous étions tous condamnés est l’une des choses les plus insupportables qui se puissent imaginer. Elle constitue, je le sais, l’une des vertus essentielles de toute armée, la constance et le sang-froid dans le péril; mais quelle anxiété et surtout quelle irritation! Les nerfs se prennent, et l’on a sous la peau des frissons qui ne s’effacent que pour revenir. J’avais passé par Sedan, où les balles et les projectiles pleuvaient et faisaient voler la pierre et les briques des murailles, l’eau des fossés, la poussière du chemin; mais là j’étais dans l’action, je faisais le coup de feu, j’avais le mouvement avec le danger. J’affectai cependant une tranquillité qui n’était pas dans mon cœur. C’était comme un nouveau baptême que je recevais, et je voulais m’en montrer digne. Nos yeux cherchaient à découvrir la batterie d’où nous venaient ces obus; ils n’apercevaient rien qu’un peu de fumée blanche s’élevant en flocons derrière un bouquet d’arbres.

L’ordre de pousser plus avant arriva enfin, et bientôt après le bataillon était déployé en tirailleurs dans la plaine qui s’étend entre le chemin de fer américain et la Seine. Nous étions tous couchés à plat ventre, l’un derrière un buisson, l’autre dans un fossé, celui-là à l’abri d’un arbre, celui-ci dans le creux d’un sillon. Chacun cherchait un abri, chargeait et tirait. J’avais devant moi, au bord du chemin de halage, la guinguette du père Maurice, si chère aux peintres, et sur ma droite, dans l’île de Croissy, cette grenouillère d’où partent tant de rires en été. Les magnifiques trembles de l’île