Page:Revue des Deux Mondes - 1873 - tome 105.djvu/686

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


veilleuse, songeant aux plus et à cette maison de l’autre côté de la route. Comme il doit y faire frais ! Je respire ce parfum de sel dans l’air. Je me représente le colonel fumant son cigare sur la piazza, je te suis dans tes longues promenades de l’après-midi en compagnie de miss Daw, le long de la plage. Il m’arrive même de vous voir errer tous deux sous les ormes au clair de la lune, — car vous devez être de grands amis à l’heure qu’il est, vous voir tous les jours. Je sais comment tu te conduis avec les femmes ! Alors je tombe dans mes accès de fureur, j’aimerais à détruire quelqu’un. N’as-tu remarqué personne qui sous la forme d’un amoureux rôde à l’entour des pénates du colonel ? Cet officier de marine, ce petit curé par exemple ? Non que je sois impatient d’avoir de leurs nouvelles, mais un bavardage quelconque là-dessus serait opportun.

Comment se fait-il, Ned, que tu ne sois pas encore éperdument épris de miss Daw ? Songe que je suis, moi, tout près de l’être. A propos de portrait, ne pourrais-tu t’arranger pour ravir à son album une simple carte de visite, — elle a un album naturellement, — et pour me l’envoyer ? Je l’aurai rendue avant qu’elle ne se soit aperçue du larcin. Merci, tu es un bon camarade !

La jument t’est-elle arrivée saine et sauve ? Ce sera une fameuse bête pour le Parc Central l’automne prochain.

Aïe ! .. ma jambe ! j’avais oublié ma jambe ! .. Elle va mieux.


VII.
EDWARD DELANEY A JOHN FLEMMING.


20 août.

Tu ne te trompes pas, je suis dans les meilleurs termes avec nos voisins. Le colonel et mon père fument ensemble tantôt dans notre salon de ferme, tantôt sur la piazza en face, et je passe presque toutes mes soirées auprès de miss Daw. Sa beauté, son intelligence, sa modestie, me frappent de plus en plus.

Tu demandes pourquoi je ne suis pas amoureux fou. Jack, je serai franc avec toi, j’y ai pensé. Elle est jeune, riche, accomplie, elle réunit plus d’attraits que je n’en ai jamais rencontré chez personne, mais il lui manque ce je ne sais quoi qui serait nécessaire pour me faire perdre la tête. Pourvue de cette mystérieuse qualité, une femme sans grande beauté, ni grande fortune, ni grande jeunesse, m’enchaînerait aisément à ses pieds ; quant à miss Daw, nous pourrions faire naufrage ensemble sur une île déserte sans qu’il s’ensuivît rien de semblable. Je lui construirais une ; cabane en bambou, — à son intention, je cueillerais les fruits de l’arbre à pain