Page:Revue des Deux Mondes - 1873 - tome 108.djvu/41

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

UNE
AUTOBIOGRAPHIE DE MACHIAVEL

I. Scritti inediti di Niccolò Machiavelli, 1 vol. ; Firenze 1860. — II. Opere inedite di Francesco Guicciardini, t. X ; Firenze 1867. — III. Opere complete di Machiavelli, nuova edizione per cura di Pietro Fanfani ; Firenze 1873. — IV. Le Prince avant le Prince, ou un plagiaire de Machiavel, par M. Nourrisson, comptes-rendus de l’Académie des Sciences morales, 1873.

La discussion sur les intentions de Machiavel dans le Prince ne finira-t-elle jamais, et serons-nous toujours réduits à nous demander si c’est de bonne foi qu’il a écrit un manuel de politique astucieuse et violente à l’usage des tyrans, comme si l’on écrivait de bonne foi des leçons de scélératesse, ou bien serons-nous contraints de supposer qu’il a voulu, pour l’instruction des peuples, dévoiler les plus odieux secrets du gouvernement despotique, semblable à cet orateur de l’antiquité qui, portant la parole devant un tribunal, n’élevait la voix bien haut que pour la galerie, et songeait beaucoup moins aux juges qu’aux braves quirites amassés autour du forum ? Dans ce cas, il fallait que le publiciste le plus fin que Florence ait possédé comptât beaucoup sur la sagacité du vulgaire et bien peu sur la pénétration du despote auquel il dédiait son livre et adressait ses conseils.

Voici qu’un philosophe érudit complique la question : il fait un curieux rapprochement entre le livre de Machiavel et celui d’un certain Niphus, Nifo, professeur à l’université de Pise, et il déclare que celui-ci a pillé celui-là, que le professeur a fait plus qu’imiter, qu’il a copié le publiciste, et en effet, s’il y a larcin, c’est le premier qui est le plagiaire. On regrette que cette accusation, quoiqu’elle porte sur un homme aujourd’hui tombé dans l’obscurité, ne soit pas appuyée sur quelques textes mis sous les yeux du public. Un ou deux passages confrontés auraient été plus concluans, plus piquans