Page:Revue des Deux Mondes - 1875 - tome 11.djvu/293

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Sois honnête homme ; mais le plus coupable des hommes n’a jamais dit à un autre et ne s’est jamais dit à lui-même : Sois criminel. Il lui faut donc pour arriver là employer des chemins détournés.

Le bien lui-même, dans une âme faible, est obligé quelquefois de recourir à la loi de suggestion plutôt qu’à celle de la persuasion, c’est-à-dire d’employer les moyens indirects au lieu des moyens directs. On dit que la méthode des jésuites consiste principalement dans cet art d’enseigner le bien comme s’il était le plaisir, et d’insinuer ce qui devrait être imposé. Une telle méthode ne doit pas être condamnée systématiquement. Les plus grands moralistes, qui ont connu les faiblesses humaines, ont conseillé d’envelopper la passion par des circonvallations habiles au lieu de la combattre par un assaut direct. La foi elle-même, qui semble avant tout une affaire d’âme et de cœur, s’est quelquefois appuyée sur des moyens extérieurs. Pascal, dans son mépris pour l’homme, conseillait de faire entrer la foi dans l’âme par des habitudes purement machinales, imitant en cela les jésuites, qu’il avait en horreur. C’est que les actes extérieurs réveillent involontairement en nous les sentimens dont ils sont les signes. Feignez la colère, nous disent les physiognomonistes, et vous éprouverez involontairement un sentiment de colère ; de même faites comme si vous croyiez, et la foi viendra d’elle-même : ainsi l’hypocrisie sera le chemin de la dévotion.

On voit de quelle conséquence est pour le gouvernement des âmes et la direction des esprits la loi de suggestion. C’est par là que les âmes fortes commandent aux âmes faibles : c’est par là aussi que les complaisans, par une sympathie mal entendue, flattent les maladies des passions : autre exemple admirable que Racine nous offre du même phénomène psychologique. Œnone, dans Phèdre, pousse la reine au crime, non comme Narcisse, pour s’assurer l’influence et le pouvoir sur un maître perverti, mais par l’affection aveuglée d’une nourrice qui veut le bonheur de sa maîtresse à tout prix. On sait par quelles insinuations criminelles elle essaie de sauver Phèdre aux dépens d’Hippolyte, et comment, lorsque celle-ci, accablée de remords, ne pense plus qu’à mourir, elle veut encore la justifier à ses propres yeux par l’exemple des dieux eux-mêmes qui, dit-elle,

Ont brûlé quelquefois de feux illégitimes.


Mais ici un phénomène nouveau se produit : pour avoir outré la mesure, la suggestion produit un effet contraire à l’effet cherché. L’excitation a dépassé d’un degré la susceptibilité du patient, et