Page:Revue des Deux Mondes - 1875 - tome 9.djvu/253

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


poignée d’hommes suffit pour fermer cette gorge alpestre, tandis que quelques canons braqués sur la rive opposée peuvent tirer par-dessus les eaux bouillonnantes du fleuve et couvrir de mitraille toute la colonne qui se serait imprudemment engagée dans un pareil défilé.

A l’entrée de cette gorge, tandis que le Potomac se précipite dans le défilé en coupant à angle droit les montagnes qui semblent se dresser pour lui barrer le passage, le Shenandoah, longeant le pied de ces montagnes, vient mêler ses eaux aux siennes pour profiter de la même ouverture et franchir avec lui la barrière qu’il côtoie depuis sa source. Au-dessus du confluent, et dans une situation. singulièrement pittoresque, la petite ville de Harpers-Ferry est assise en amphithéâtre sur les dernières pentes d’une colline dont le sommet se trouve à 2 ou 3 kilomètres de là, et qui, sous le nom de Bolivar-Heights, s’étend d’un fleuve à l’autre. Ces pentes sont entièrement dominées par les deux tronçons de la chaîne principale, qui, au sud et au nord de la brèche du Potomac, s’élèvent à plus de 600 mètres au-dessus des eaux du fleuve. Les hauteurs du nord, qui forment l’extrémité du South-Mountain, sont connues sous le nom de Maryland-Heights, et celles du sud, qui terminent le Blue-Ridge, sont appelées Loudon-Heights. Elles sont placées comme deux vigies, ayant à leurs pieds Harpers-Ferry, les mamelons de Bolivar, toutes les routes qui conduisent à la ville et les deux fleuves qui l’enserrent. La possession de ces hauteurs est donc indispensable à la défense de Harpers-Ferry, qui, par lui-même, n’est qu’une impasse, fatale à quiconque s’y laisse acculer. C’est dans cette impasse que Lee avait résolu de prendre Miles et sa petite armée.

Il prescrivit à Jackson de marcher sur Boonesboro, puis de se rabattre à gauche, de repasser le Potomac à Sharpsburg, et d’enlever Martinsburg et sa garnison, pour fermer de ce côté la retraite aux fédéraux. A Longstreet, qui le suivait, il enjoignit de s’arrêter près de Boonesboro et d’attendre, avec les bagages de toute l’armée, que la reddition de Harpers-Ferry permît de reprendre le mouvement vers la Pensylvanie. Les divisions d’Anderson et de Mac-Laws, sous la direction de ce dernier, reçurent l’ordre de quitter Middletown et de marcher rapidement par la route qui mène à Harpers-Ferry en longeant les Maryland-Heights, afin d’arriver à temps pour s’emparer de ces hauteurs. La division de Walker, passant le Potomac plus bas, devait se rendre maîtresse des Loudon-Heights et compléter ainsi l’investissement de Harpers-Ferry ; enfin celle de Hill avait pour mission de fermer la marche de l’armée en se repliant sur Boonesboro par Turners-Gap. Ainsi Lee divisait son armée