Page:Revue des Deux Mondes - 1875 - tome 9.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L'EMPIRE DES TSARS
ET LES RUSSES

IX.
LE RASKOL ET LES SECTES. — LES DEUX BRANCHES DU SCHISME, POPOVTSY ET DEZPOPOVTSY [1]

Sorti d’une révolte du formalisme moscovite contre une correction des livres d’église, le raskol, le schisme russe, a reçu de la réforme européenne de Pierre le Grand une vigueur nouvelle et une portée plus haute. Les adversaires des changemens liturgiques introduits par le patriarche Nikone se sont grossis des adversaires des changemens politiques introduits par Pierre et ses successeurs. Le schisme est devenu une protestation nationale contre l’influence et l’imitation de l’étranger, une protestation populaire contre la constitution de la Russie en état moderne. Le starovère, le vieux-croyant, a personnifié la résistance de la vieille Russie aux mœurs nouvelles et aux importations occidentales.

Détachés du tronc de l’église et privés d’épiscopat et de clergé, les vieux-croyans se sont bientôt divisés en deux partis : les dissidens hiérarchiques, les popovtsy, qui reçoivent comme ministres des popes dérobés à l’église dont ils récusent l’autorité, — les sans-prêtres, les bezpopovtsy, qui, ne reconnaissant plus à l’épiscopat le droit de conférer le sacerdoce, rejettent tout clergé. Nous avons montré à quelle secrète logique ont obéi ces deux branches du schisme, à quelles extrémités religieuses et morales avait abouti le parti le plus radical ; nous voulons chercher aujourd’hui comment ces

  1. Voyez la Revue des 15 août, 15 septembre, 15 octobre 1873, 15 janvier, 1er mars, 1er mai, 15 juin et 1er novembre 1874.