Page:Revue des Deux Mondes - 1875 - tome 9.djvu/561

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Nicollet. Il était accompagné d’un Québecquois, le sieur de Jolliet, et de quelques sauvages fidèles. Ils descendirent ensemble le fleuve en canot sur plus de 500 lieues à partir du confluent du Wisconsin jusqu’à celui de l’Arkansas. Là, repoussés par les indigènes, assurés d’ailleurs que le fleuve se jetait dans le golfe du Mexique et non dans le Pacifique, comme ils l’avaient cru d’abord, ils rebroussèrent chemin. C’était ce même fleuve qu’en 1541 l’Espagnol de Soto, à la recherche de la mystérieuse fontaine de Jouvence, qu’on disait exister en Amérique, avait découvert et remonté jusque vers le point où les deux intrépides explorateurs s’étaient arrêtés. Ceux-ci regagnèrent le lac Michigan par la rivière des Illinois. Ils arrivèrent ainsi à l’endroit où est aujourd’hui Chicago, et ce nom apparaît sur leur carte. Jolliet repartit pour Québec, où les cloches, sonnant à toutes volées, saluèrent son retour ; Marquette resta sur les lieux pour catéchiser les Miamies. Le 18 mai 1675, il était en route vers la mission de Saint-Ignace, établie au point où le lac Michigan, alors lac des Illinois, s’unit au lac Huron, quand il mourut subitement. Quelque temps après, le père Allouez mourait lui-même au milieu des Miamies. Il avait contribué à dresser la carte du Lac-Supérieur, et le premier il fait observer que ce lac avait la forme d’un arc bandé dont la rive méridionale formait la corde et la presqu’île de Keweenaw la flèche. Cette carte, remarquablement exacte, a été gravée à Paris en 1672. A l’un des coins supérieurs, à droite, sont gravées sur un double écu, surmonté de la couronne royale et entouré des colliers de Saint-Michel et du Saint-Esprit, les armes de France et de Navarre.

Une série d’explorations si vaillamment entreprises ne pouvait pas être abandonnée. En 1678, le père Hennepin arrivait aux chutes du Niagara et plus tard remontait jusqu’aux sources du Mississipi. En 1682, un Rouennais, le sieur Cavelier de La Salle, qui avait déjà salué le premier l’Ohio douze ans auparavant, rejoignait le Mississipi par la rivière des Illinois, et descendait le grand fleuve jusqu’à son embouchure. En vue du golfe du Mexique, il prenait solennellement possession, au nom du roi de France, de toute la vallée du Mississipi et de ses affluens. Il baptisa cette vallée du nom général de Louisiane en l’honneur de Louis XIV, et l’on étendit cette région, par ignorance de la géographie, jusqu’à l’Orégon, sur les rivages de l’Océan-Pacifique.

La Salle ne devait pas revoir le Canada. Amoureux des aventures, il était resté sur les lieux. Il venait de découvrir et d’explorer le Texas, quand il fut assassiné par ses hommes sur le Mississipi en 1688. Le père Hennepin, qui avait été attaché à l’expédition comme historiographe, rentra seul à Québec. Les temps héroïques des explorations étaient finis. Les voyageurs qui suivirent, entre