Page:Revue des Deux Mondes - 1876 - tome 15.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES SOUVENIRS
DU
CONSEILLER DE LA REINE VICTORIA

IV.
LA FONDATIONN DU ROYAUME DE BELGIQUE [1]

Le moment est venu d’introduire un léger changement dans le titre général de ces études. Celui qui a été le médecin du prince Léopold, qui a été appelé au lit de mort de la princesse Charlotte, qui a donné ses soins au duc de Kent, qui a veillé sur le berceau de la princesse destinée à devenir la reine Victoria, a passé peu à peu de la médecine à la politique. Cette transition insensible a eu lieu durant le dernier épisode que nous avons raconté. A la date où nous sommés arrivés, la transformation est faite. C’est le conseiller, le confident, l’ami du roi Léopold que nous avons à interroger désormais, l’homme qui, envoyé par lui à Londres, va se préparer à jouer le même rôle auprès de son auguste nièce. De tous les personnages de race royale auxquels a été mêlée la vie du docteur Stockmar, c’est la reine Victoria qui occupe le rang le plus illustre ; aussi, bien qu’elle n’ait pas encore paru dans ce récit où lui est réservée la place d’honneur, avons-nous tenu à inscrire son nom en tête de ces souvenirs. Stockmar, à qui sa bonne chance a conféré tant de

  1. Voyez la Revue du 1er janvier, du 1er février et du 1er mars.