Page:Revue des Deux Mondes - 1876 - tome 18.djvu/231

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHRONIQUE DE LA QUINZAINE.




31 octobre 1876.


Observons les faits dans cette crise européenne qui se déplace ou se complique sans cesse et qu’obscurcit encore l’amas de nouvelles controuvées, le plus souvent imaginées et intéressées. Évidemment ce n’est ni à Belgrade ni sur la Morava, ce n’est pas dans la petite guerre serbe qu’est la vraie question. Si la Serbie était seule, elle serait peut-être sur le point d’expier cruellement l’imprudence qu’elle a commise en se jetant dans un conflit qu’elle n’était pas de force à soutenir même avec le secours des volontaires accourus ou envoyés à son aide. Les derniers incidens militaires qui viennent de se passer autour de Deligrad ne lui sont pas favorables ; son armée plie de plus en plus sous l’effort victorieux des Turcs, et naturellement les revers des Serbes, des soldats de Tchernaïef, ont leur contre-coup au sein du gouvernement de la petite principauté, qui paraît livré depuis quelques jours à toutes les perplexités d’une situation plus que jamais compromise. Au fait et au prendre, ces hostilités poursuivies entre des combattans inégaux sont une effusion de sang inutile, elles ne décident rien. Non, évidemment, la vraie question n’est pas là ; elle est à Constantinople, ou plutôt elle est dans les délibérations et les résolutions éventuelles de l’Europe, dans les négociations des puissances avec l’empire ottoman, et c’est ici que tout devient étrange, que la situation se complique de mille élémens insaisissables ou inconnus.

On est en plein imbroglio oriental ou occidental. Le drame diplomatique se déroule à travers des surprises et des péripéties toujours nouvelles ; d’un jour à l’autre, les perspectives se modifient. Hier tout semblait s’éclaircir, aujourd’hui tout s’assombrit, demain ce sera peut-être le contraire. Il y a quelques semaines, c’était l’Angleterre qui prenait la tête dans la négociation et qui allait porter à Constantinople les conditions de la diplomatie européenne : armistice à courte échéance, « autonomie administrative pour l’Herzégovine, la Bosnie, la Bulgarie, » et tout