Page:Revue des Deux Mondes - 1876 - tome 18.djvu/674

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA
VIE DOMESTIQUE
EN ALLEMAGNE

German home life, London 1876. Longmans, Green and Cie.

Les livres qui nous initient aux mœurs intimes, aux usages domestiques et familiers d’un peuple sont rares, et ne peuvent manquer d’être accueillis avec intérêt quand ils se recommandent par un caractère évident d’honnête impartialité. Ce que M. Taine a fait pour l’Angleterre avec un talent incomparable, l’auteur de German home life a essayé de le faire à son tour pour l’Allemagne, sinon avec la même profondeur de pensées, le même bonheur d’expression, du moins avec cette finesse qui n’appartient qu’à l’observation féminine et l’avantage d’une longue expérience, puisque, tout Anglaise qu’elle soit, elle a pendant nombre d’années habité les différentes villes d’Allemagne. Ces sortes de notes au jour le jour, de croquis d’après nature, peuvent rendre de grands services en France, où, il faut bien en convenir, les pays étrangers n’ont été le plus souvent jusqu’ici connus que par ouï-dire. Nous ne sommes pas grands voyageurs, et en voyage nous emportons maint préjugé, cherchant d’abord à retrouver partout nos habitudes et semblables sous ce rapport au touriste insulaire qui déclarait en toute naïveté que, s’il avait pu croire le continent aussi différent de son île natale, il n’aurait jamais quitté celle-ci. En revanche, nous nous exaltons volontiers au coin du feu pour telle ou telle partie du globe sur la foi