Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 26.djvu/162

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ces derniers puissent étudier les ressources commerciales du Sze-chuen. Mais les marchands européens ne pourront avoir sur ce point ni magasins, ni dépôts d’aucune sorte, et cette défense devra s’étendre aux bateaux à vapeur qui remonteront jusqu’à Chang-king. Plus tard, s’il y a lieu, cette prohibition sera levée.

Dans un esprit de conciliation, la Chine permettra aux bateaux à vapeur étrangers de débarquer et de prendre des passagers et des marchandises dans les ports suivans du Yang-tse : Ta’tung ; Anking, dans le Anhwei ; Hukow, dans le Kianghi ; Wusuch, Linghi-k’ow et Sha-shi dans le Hukwang. L’embarquement et le débarquement à bord des bateaux à vapeur ne pourra se faire qu’à l’aide d’embarcations indigènes. Les marchandises européennes, accompagnées d’un certificat de douane, ne seront pas soumises à la surtaxe du lékin. Les produits chinois mis à bord de ces bateaux ne pourront pas être débarqués pour être vendus en Chine. Il sera interdit aux étrangers de résider dans ces ports, d’y avoir des magasins ou des comptoirs.

2. — La limite des concessions anciennes est déjà connue ; la limite des nouvelles sera faite par les consuls anglais, les consuls des nations signataires du traité, et les autorités chinoises.

3. — M. Wade engagera son gouvernement à établir un règlement nouveau pour la vente de l’opium. Lorsque cette drogue sera introduite dans un des nouveaux ports, elle sera examinée par des inspecteurs et mise en dépôt. Afin d’éviter la fraude, l’opium ne sera délivré aux acheteurs que lorsque ces derniers auront acquitté le lékin en douane. Le tarif de cette taxe sera fixé par les gouverneurs des provinces.

4. — Par différens traités avec les Européens, la Chine a déjà autorisé la circulation des marchandises étrangères lorsqu’elles sont accompagnées d’une quittance des douanes. Le tsung-li-yamen devra établir des quittances uniformes pour tous les ports. Les étrangers et les marchands indigènes sans exception pourront en faire usage.

5. — Lorsque les marchandises importées auront trois ans de séjour en douane, la faculté d’en payer les droits de drawback sera suspendue.

6. — Les autorités de Hong-kong se plaignent que les bateaux des douanes chinoises en surveillance dans les eaux de la colonie anglaise tracassent les négocians indigènes et les bâtimens marchands. L’Angleterre, la Chine et les autorités de Hong-kong désigneront trois officiers d’un même grade à l’effet de s’entendre pour faire un règlement qui détruise cet abus.

7. — Les nouveaux règlemens seront mis en vigueur pour tous les ports six mois après qu’un édit impérial aura approuvé le