Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 28.djvu/122

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fusil. Les fédérés comprirent que la place allait promptement devenir plus chaude qu’il ne leur convenait ; ils tournèrent bride, s’éloignèrent, et furent rejoints par une demi-douzaine de chenapans en uniforme qui, jusqu’alors, avaient occupé, sans danger, la barricade élevée au carrefour de la rue des Petits-Champs et de la rue La Feuillade. Ce chargement de pétrole était-il destiné à brûler la Banque de France, devait-il allumer le Palais-Royal du côté de la rue Beaujolais ? Nous ne le savons pas ; mais ce fut un avertissement que l’on écouta ; M. de Plceuc fit immédiatement transporter dans les sous-sols accessibles et que l’ensablement de l’escalier des caves n’avait point obstrués les documens les plus importans de la Banque, c’est-à-dire les registres des procès-verbaux du conseil, les statuts, les registres d’inscription des actions, la statistique, les archives. Ce transbordement de paperasses volumineuses fut opéré très rapidement, avec autant d’ordre que de sang-froid.

Dans la cour, les femmes terrifiées s’agitaient et les petits enfans pleuraient, sans savoir pourquoi, parce qu’ils voyaient leur mère inquiète ; M. de Plœuc se demanda s’il n’y aurait pas moyen de protéger ces pauvres créatures, de les faire sortir de Paris, qui devenait une fournaise toute éclatante de coups de fusil, et même, s’il se pouvait, d’obtenir quelque cartel de sauvegarde pour la Banque. Il alla trouver Charles Beslay et lui demanda de faire une démarche en ce sens auprès des membres de la commune. Beslay partit immédiatement pour l’Hôtel de Ville. C’était une ruche de frelons affolés ; on se préparait à l’évacuer, le menuisier Pindy prenait ses dispositions pour l’incendier, au moment où la commune se retirerait, ainsi qu’on venait de le décider, sur la mairie du XIe arrondissement. Les estafettes galopaient sur la place ; tous les chefs d’insurgés réclamaient du renfort ; Delescluze, épuisé, suffisait à peine à signer tous les ordres qu’on lui présentait ; le corps de Dombrowski venait d’être apporté et déposé sur un lit tendu de satin bleu dans une chambre qui avait été longtemps occupée par une des filles de M. Haussmann, et qu’à cause de cela on appelait « la chambre de Valentine ; » tout le monde donnait des conseils, parlant à la fois, et chacun accusait volontiers les autres de trahison. Théophile Ferré, avec son nez de vautour, ses yeux et ses dents de loup, parlait à Gabriel Ranvier, qui demandait de « grands exemples, » à Raoul Rigault rouge du meurtre de Chaudey, à Emile Eudes, qui puait le pétrole du palais de la Légion d’.honneur et de la Cour des comptes. Ce que ces quatre forçats de la revendication sociale concertaient entre eux, on l’apprit, plus tard à la Grande-Roquette et à la rue Haxo. Charles Beslay fut ahuri ; que venait-il faire dans la caverne de ces singes mâtinés de chats-tigres ? C’était peine