Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 29.djvu/197

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ni de la reproduction du langage enfantin. Rien de plus vrai ; mais le principe de l’imitation ne s’arrête pas là. L’homme peut traduire, par les articulations de sa voix, outre des sons, des mouvemens, et en général des qualités. C’est ce que Platon a supérieurement marqué dans un passage célèbre auquel les grandes discussions contemporaines sur le sujet qui nous occupe donnent une importance nouvelle et presque inattendue. « Il peut sembler ridicule, dit Socrate dans le Cratyle, de dire que les lettres et les syllabes représentent les choses, et cependant nous n’avons pas de meilleure explication à donner… Il me semble que la lettre R est l’organe du mouvement. Celui qui a imposé les noms l’a prise comme exprimant le transport [1], comme dans les mots : sourdre, source, tremblement, rapide, frapper, rompre, fracasser, broyer, morceler, tourner [2]. C’est par la lettre R que leur nomenclateur a rendu ces mots expressifs ; il a remarqué que, dans la prononciation de cette lettre, la langue remue rapidement. Il s’est servi de la lettre I pour toutes les choses minces qui pénètrent à travers les autres choses, et c’est par l’i qu’il caractérise l’action d’introduire [3]. La manière dont la langue presse et appuie pour prononcer le D et le T lui aura paru bonne pour exprimer ce qui détient [4] et la station [5]. Comme la langue coule dans la prononciation de Z, il s’est servi de cette lettre pour exprimer ce qui est lisse, ce qui est moelleux [6]. Le G, faisant faire à la langue un mouvement contraire au précédent, a servi à exprimer ce qui est gluant, agglutiné [7]. L’N se produisant dans l’intérieur de l’organe exprime le dedans, l’intérieur [8]. Il a consacré l’A à la largeur, l’I long à la ligne, l’O à la rondeur. C’est ainsi qu’il a approprié à la nature de chaque chose les lettres et les syllabes dont il forme ensuite les autres mots toujours imitatifs. »

Cette application nouvelle du principe de l’imitation met déjà dans tout son jour le rôle immense de l’analogie dans la formation des mots. N’est-ce pas en effet procéder par analogie que de peindre avec des sons articulés la rapidité, la lenteur, la stabilité, et généralement les propriétés extérieures des objets ? Mais dans cette voie les progrès sont en quelque sorte illimités. Si, par exemple, une articulation rapide et brève traduit à l’oreille un mouvement

  1. Φορά.
  2. Ῥεῖν, ῥοὴ, τρόμος, τραχὺς, ϰρούειν, θραύειν, ἐρείϰειν, θρύπτειν, ϰερματίζειν, ῥυμβεῖν.
  3. Ἰέναι, ἴεσθαι.
  4. Δεσμός
  5. Στάσις.
  6. Λεῖον, Λιπαρόν.
  7. Γλίσχρον, γλυϰὺ, γλοιῶδες.
  8. Τὸ ἔνδον, τὸ ἐντός.