Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 33.djvu/778

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’état. Elle put encore s’intéresser à la chute du ministère du duc Decazes, et prévoir que l’arrivée aux affaires de M. de Villèle, c’est-à-dire des ultras, des réactionnaires, comme on dirait aujourd’hui, rendrait impossible à son mari de conserver la préfecture de Lille. Celui-ci fut en effet révoqué le 9 janvier 1822. Mais avant ce jour, elle était morte subitement dans la nuit du 16 décembre 1821, à l’âge de quarante et un ans.

Elle a laissé à son fils une douleur qui ne s’est jamais effacée, à ses amis le souvenir d’une femme très distinguée et très bonne. Nul d’entre eux ne survit aujourd’hui, et nous avons vu disparaître les derniers : M. Pasquier, M. Molé, M. Guizot, M. Leclerc. En me conformant au désir, à la volonté de mon père, je lui rends aujourd’hui le meilleur hommage, par la publication de ces Mémoires inachevés, qu’à l’exception de quelques chapitres elle n’a pu revoir, ni corriger. L’ouvrage devait se diviser en cinq parties correspondant à cinq époques. Elle n’en a traité que trois, qui remplissent l’intervalle de 1802 au commencement de 1808, c’est-à-dire depuis son entrée à la cour jusqu’au début de la guerre d’Espagne. Les parties qui manquent auraient décrit le temps qui s’écoula entre cette guerre et le divorce (1808-1809), et enfin, les cinq années suivantes, terminées par la chute de l’empereur il serait puéril de ne pas prévoir qu’une telle publication peut attirer à l’auteur et à l’éditeur des insinuations, des désobligeances, ou des violences politiques. Au lieu de s’intéresser à l’analogie des opinions de trois générations qui s’y peuvent retrouver, et de remarquer la différence des temps, on relèvera les contradictions apparentes. On s’étonnera qu’on puisse être chambellan, ou dame du palais, et si peu servile, si libéral et si peu froissé par le 18 brumaire, si patriote et si peu bonapartiste, si séduit par le génie et si sévère pour ses fautes, si clairvoyant sur la plupart des membres de la famille impériale, si indulgent ou si aveugle pour d’autres qui n’ont pourtant pas laissé une trace moins funeste dans notre histoire nationale. Il sera difficile pourtant de ne pas rendre justice à la sincérité, à l’honnêteté, à l’esprit de l’auteur. Il sera impossible de ne pas devenir en le lisant plus sévère pour le pouvoir absolu, moins dupe de ses sophismes et de son apparente prospérité ! C’est, quant à moi, ce que j’en veux surtout retenir, et il aurait suffi pour toute préface à ce récit d’écrire ces mots que disait mon père, il y a soixante ans, lorsqu’il lisait Mme de Staël, et demandait à sa mère de raconter ces années cruelles : Honneur aux gens de bonne foi !


PAUL DE REMUSAT.