Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 34.djvu/755

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


sens devenir tous les jours plus apathique. Est-ce signe de mort prochaine ou bien dois-je me changer en momie un de ces jours, momie vivante et mangeante comme j’en connais quelques-unes ?

« L’archevêque de Paris a confirmé l’autre jour les deux enfans de Mlle.., qui sont fort, jolis et très intelligens, car les garçons tiennent toujours de leur mère. L’archevêque, qui est curieux et qui aime à approcher du feu, a voulu voir la mère pour lui faire ses complimens, et d’abord il l’a félicitée d’avoir élevé ses enfans dans la religion chrétienne. — Monseigneur, a répondu Mlle.., leurs pères sont chrétiens. — Ce pluriel a un peu effarouché le prélat. J’ai conté cette histoire à lady *** qui l’a contée à une de ses amies, laquelle n’a rien eu de plus pressé que de la redire à l’un des pères.

« J’ai fait de vains efforts pour découvrir l’adresse de M. Manin, Je suppose qu’il n’est pas à Paris pour le moment. On le dit un homme très bien et n’ayant rien de commun avec les réfugiés de son pays qui dans leur espèce sont les pires de tous. On m’offre en ce moment un chat noir angora, mais un peu mésallié à ce que je soupçonne. Peut-être vous conviendrait-il ? J’espère que ce sera une attraction pour vous. Il y a à Paris une recrudescence de bals, de concerts et de dîners. J’espère que cela entre pour quelque chose dans mon abrutissement. Je n’ai jamais été aussi frappé du déclin de la société dans ce pays-ci. On se réunit pour s’étouffer et dire à quatre-vingts personnes dans la même soirée : Comme il fait chaud ! quelle fête charmante ! Je pense que les gens du XVIIe et du XVIIIe siècle seraient bien surpris s’ils revenaient au monde. Adieu, madame, je vous souhaite une belle mer et un rapide passage. Veuillez me mettre aux pieds de Mlle Minnie. Je suppose qu’elle a reçu une lettre de remercîmens pour son livre. J’attendrai qu’elle me le donne pour lui faire les miens. »

« 52, rue de Lille, 8 juillet 1856.

« Madame, êtes-vous à Londres ou dans le voisinage, ou bien faites-vous l’ornement de quelque watering place ? Je vais passer trois ou quatre jours à Londres en allant à Edimbourg voir un congrès archéologique, ou soi-disant tel, où l’on m’a fait l’honneur de m’inviter. Je pense qu’on s’y occupera de manger des grouses et des puddings, et ce genre de travaux me paraît plein d’intérêt. Je pense être à Londres vers le 16 ou le 17, et si vous embellissiez de votre présence Kensington gate, j’aurais l’honneur de vous faire ma cour et de prendre vos commissions pour the land of cakes.

« J’ai de grands remercîmens à vous adresser pour du papier et du fiel que vous avez bien voulu m’envoyer. J’ai rencontré l’autre jour Mlle *** chez une dame russe de mes amies. Elle m’a paru plus belle et avoir un faux air de statue antique. Seulement elle est trop