Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 34.djvu/805

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


dans les seneds. Les fellahs, qui ne savent ni lire ni écrire, qui ne comprennent rien à ce qu’on leur demande, sont obligés d’apposer en aveugles leur cachet à ces pièces extraordinaires où chaque ligne contient un piège pour eux. Je ne résiste pas au désir de citer un de ces documens, aussi remarquable par le style que par le fond, Véritable modèle du genre et qui en donne une idée suffisante :

Reconnaît devoir celui qui appose son nom par son écriture ci-bas, Mohamed el Nouéhi, sahdéh de Bectares, pour autant reçu de M. Greis Stephanos à Kafs Ellaouedy, la somme indiquée de vingt-sept mille et quinze piastres au tarif, soit deux cent soixante-dix guinées égyptiennes, plus quinze piastres ; et me suis engagé, moi qui appose mon nom et mon cachet ici, de payer cette somme en espèces effectives, cuivre exclu, ou coton de la récolte de l’année 1290 comprise en celle de 1291, au terme de fin Ramadan 1291 ; et lors de l’effectuation dudit paiement de la manière qui précède, nous aurons à retirer le présent sened ; et si M. Greis désire endosser cette somme à un autre, nous n’apporterions aucune opposition, vu, que l’endossement ou non-endossement de ladite somme est assujetti à son désir et à son ordre ; et nous, conformément à notre présent engagement, nous sommes obligé de la lui payer, ou à celui qu’il désire la lui endosser, jusqu’à la dernière piastre. Passé ce délai, et faute de paiement, nous serons obligé de la payer en quelque manière, soit en terrains ou autres ; et en cas que passerait le terme du présent sened, nous serons obligé des dommages-intérêts, suivant la règle des négocians, pour le temps du retard ; et si nous avions payé un à-compte, et qu’il y reste quelque chose, pour ce que nous resterons devoir, il sera aussi payé d’après le mode qui précédé avec les dommages et intérêts, sans qu’il soit admis aucun prétexte de notre part, de quelque façon que ce soit, qui pourra être opposé au paiement.

Le présent a été fait de notre propre consentement, sans aucune contrainte ni violence, et nous avons reçu en cette date, tous les seneds en vertu desquels nous avons reçu ladite somme, et avons en remplacement dressé le présent, pour que le paiement soit effectué ainsi qu’il a été dit ci-avant :

P. T. 27,015.

Je dis vingt-sept mille et quinze piastres au tarif.

Le 1er Rabi Awel 1291

(Signé et cacheté.) MOHAMED EL NOOÉHI, sahdéh de Bectares.

La garantie de Mohamed el Nouéhi, sahdéh, d’abord sur Dieu ensuite sur nous, pour le paiement de la somme de vingt-sept mille et quinze piastres susmentionnée à M. Greis Stephanos dans le terme fixé,