Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 36.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LORD BEACONSFIELD
ET SON TEMPS

III. [1]
LA TRANSFORMATION DU PARTI TORY.

I. Œuvres complètes de B. Disraeli, 11 vol. ; Londros, Longmans, Green et Cie. — II. The Public Life of the earl of Beaconsfield, by Fr. Hitchman, 2 vol. ; Londres, Chapman et Hall. — III. Benjamin Disraeli, earl of Beaconsfield, a biography ; Londres, Beeton.


I

Être le chef reconnu de l’opposition au sein de la chambre des communes, c’est presque occuper un ministère ; c’est participer d’une façon indirecte au gouvernement. En effet, l’ordre des discussions, leur durée, le moment où elles seront closes par un vote décisif, font presque toujours l’objet d’une entente officieuse ou publique entre le chef de l’opposition et le principal représentant du cabinet. Souvent un concert s’établit entre ces deux personnages pour prévenir ou abréger un débat préjudiciable à l’intérêt public, pour introduire dans un bill en discussion des dispositions additionnelles ou des amendemens qui en assurent l’adoption, pour donner un caractère d’unanimité au vote des mesures d’urgence ou des crédits que peuvent exiger le maintien de la tranquillité publique ou la défense de l’honneur national. Les fonctions de

  1. Voyez la Revue du 1er et du 15 octobre.