Page:Revue des Deux Mondes - 1880 - tome 37.djvu/589

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


citations en pareille matière sont plus éloquentes que les discussions) : « Le samedi cinquième de juin de l’an 1598, Louise, âgée de huit ans, fut rendue impotente de tous ses membres, de façon qu’elle étoit contrainte de marcher à quatre, et si de plus elle tordoit la bouche d’une façon fort étrange ; ce mal lui continua par quelques jours jusqu’à ce que ses père et mère, qui prirent opinion à son maintien qu’elle étoit possédée, la firent exorciser en l’église de Saint-Sauveur. Là se découvrirent cinq démons, les noms desquels étaient : Loup, Chat, Chien, Joli et Griffon, et comme le prêtre demanda à la fille qui lui avoit baillé le mal, elle répondit que c’étoit Françoise Secretain, qu’elle montra au doigt. Pour ce jour-là les démons ne sortirent point… Le lendemain matin, sur l’aube du jour, la fille se trouva plus mal que de coutume, mais enfin, s’étant penchée contre terre, les démons sortirent par sa bouche, en forme d’une pelote grosse comme un poing, et rouge comme feu, sauf que le Chat étoit noir. Les deux que la fille estimoit être morts se partirent les derniers et avec moins de violence que les trois autres. Tous ces démons étant dehors firent trois ou quatre voltes à l’entour du feu, et disparurent, et dès lors la fille commença à se mieux porter qu’auparavant. » Voilà pour l’ineptie.

Voici maintenant pour la cruauté : « Claude Jean-Guillaume, étant sur le bûcher pour être brûlée toute vive, se détacha et sauta par trois fois hors du feu, et même que le bourreau fut contraint de l’assommer avec une palanche. Antoinette Gaudillon, comme on lui eut prononcé la sentence de mort, pria par réitérées fois qu’on ne la fît point languir, ce qui fut recommandé, et néanmoins elle eut le plus de peine de mourir de six qui furent exécutées avec elles, entre lesquels étoient son père et son frère. »

Wier, le seul homme au milieu de tous ces bourreaux, ne peut s’empêcher de pousser un cri d’horreur : « Non, dit-il, ces sorcières ne sont pas des criminelles, les confessions arrachées par la torture ne sont pas des aveux sincères. Elles mentent pour échapper à d’affreuses souffrances, et avouent des crimes qu’elles n’ont jamais commis. » Honneur à Wier, qui, dans un siècle fanatique, au péril de sa vie, a défendu la cause de l’humanité ! Ses efforts ont été vains. Après comme avant lui, le sang innocent a coulé « comme de l’eau. » Mais, parmi tant d’iniquités triomphantes, ce fut le précurseur de la justice.


CHARLES RICHET.