Page:Revue des Deux Mondes - 1880 - tome 41.djvu/153

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES ORIGINES
DE LA
CRISE IRLANDAISE

I.
WILLIAM PITT ET L’ACTE D’UNION

I. Lord Stanhope. The Life of William Pitt. — II. Charles Ross. Correspondence of Charles, first marquis of Cornwallis. — III. The Life and Times of Henry Grattan. — IV. Memoirs of Thomas Moore. — V. The Life and Death of lord Edward Fitzgerald, by Thomas Moore. — VI. Memoirs and Correspondence of viscount Castlereagh. — VII. Personal Sketches of his own times, by sir Jonah Barrington, etc.

Pour la cinquième fois depuis un siècle, la situation critique de l’Irlande est l’objet des préoccupations les plus sérieuses élu gouvernement et du public anglais. Le moment paraît donc opportun pour tracer rapidement le tableau des événement qui ont précédé et préparé la crise actuelle.

Trois grandes questions, pendant les cent dernières années, ont tour à tour ou simultanément agité l’Irlande : la question de l’autonomie législative, celle de la liberté religieuse et enfin la question agraire.

La première de ces trois questions ne pourra jamais être tranchée dans un sens conforme aux : réclamations des Irlandais. L’Angleterre compromettrait d’une manière trop grave son unité politique, constituée au prix de tant d’efforts.

La deuxième question, celle de la liberté religieuse, est aujourd’hui résolue dans les conditions les plus larges par l’émancipation des catholiques et par le disestablishment de l’église anglicane d’Irlande.