Page:Revue des Deux Mondes - 1881 - tome 46.djvu/422

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


portaient sur « Lagrange, Daubenton, Lebrun, Monge, Richard, Garat, Thouin, Prony, Sérieys, Halle, Corvisart, Désorgues, Vandernon et Buache. » Sauf deux ou trois noms peu connus et peu dignes de l’être, il y avait là toute une série d’hommes distingués, quelques-uns même supérieurs, et auxquels ne manquaient assurément ni la compétence, ni l’autorité. Le résultat, pourtant, fut loin d’être satisfaisant. L’examen des livres présentés au jury dura plus de deux ans et se termina par la distribution d’un certain nombre de prix et de mentions aux auteurs des meilleurs ouvrages. Mais, à part quelques exceptions, il ne paraît pas qu’ils aient jamais eu beaucoup de vogue. Le rapport très élogieux qu’en fit Lakanal au conseil des cinq cents ne réussit pas à les tirer de l’obscurité, et nous verrons bientôt le directoire occupé d’en faire rédiger de nouveaux.

Détail intéressant : un décret spécial avait confié la composition des élémens de morale républicaine à Bernardin de Saint-Pierre. L’auteur de Paul et Virginie ne vint jamais à bout de sa tâche. On a prétendu qu’il y avait mis de la mauvaise volonté. Peut-être, tout simplement, craignit-il de ne pouvoir traiter le sujet avec assez d’indépendance et de largeur [1] ?

La commission exécutive de l’instruction publique (12 germinal an II.) — Ici se place un fait important et qu’avant d’aller loin, nous devons mentionner : la suppression des ministères et l’établissement à leur place de plusieurs commissions exécutives. Il y avait déjà longtemps que les ministères n’existaient plus que de nom et que la convention exerçait par ses comités, toutes les attributions du pouvoir exécutif. Le comité de salut public jugea le moment venu, d’abattre l’institution elle-même et chargea Carnot d’en faire la proposition, accompagnée d’un décret qui fut voté le 12 germinal an II, à l’unanimité.

L’innovation n’était pas heureuse : au lieu de six ministres responsables, on allait avoir, on eut douze commissaires, assistés d’un ou deux adjoints chacun et d’un certain nombre d’employés, nommés par la convention, mais sur la présentation du comité de salut public ; c’est-à-dire, en réalité, douze créatures de ce comité, douze chefs de division, aux appointemens de 12,000 francs, sans indépendance et sans initiative. L’instruction publique avait déjà passé par bien des vicissitudes : rattachée nominalement au ministère de l’intérieur, elle s’était vue tour à tour, et parfois dans le même temps

  1. Il fit de même à l’École normale. Nommé professeur de morale, il ne parut qu’une fois dans sa chaire. Encore fallut-il l’envoyer quérir par des gendarmes. On comprend les répugnances de Bernardin de Saint-Pierre, et son biographe, M. Aimé Martin, les a très bien expliquées. « Quelle serait la morale permise en 1794, a-t-il dit ? Le simple exposé des principes devenait une satire violente des hommes, des choses et du gouvernement… »