Page:Revue des Deux Mondes - 1882 - tome 51.djvu/502

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Celui-là, il porte en lui un caractère si grand, si terrible, si terrassant que tu n’oserais presque pas l’aimer, il faudrait qu’il t’apprît à l’aimer auparavant. Si tu savais comme il efface Chateaubriand ! C’est Job, c’est Isaïe, c’est Klopstock, et juge quel homme ce doit être que celui qui joint à tout ce que le génie des hommes a de plus distingué, le pinceau du Poussin, les mœurs de Pythagore, et la physionomie de Jupiter Ammon. Ajoute à tout cela les formes sublimes de l’antique et les accessoires romanesques de turban, de manteau de pourpre, de brodequins et de parfums,.. tu verras que cet homme est une féerie, un demi-dieu ! Ne crois pas à l’enthousiasme ! il y a quatre mois que je m’assieds sur sa natte, que je bois dans sa coupe, que je fume dans son calumet et que je lui donne matin et soir le baiser de frère… Il y a plus : depuis huit jours, j’ai été empêché de le voir,.. mais il y aurait mille ans qu’à son seul souvenir, je prosternerais ma tête comme à l’idée du ciel.

Ce qu’il y a de grave dans cette exagération, c’est qu’il ne faut la mettre en aucune façon sur le compte de la jeunesse. Tel vous le voyez ici, tel il resta toute sa vie. Ni l’âge [1] ni l’expérience n’y firent rien. Il avait par tempérament cette exaltation de tète qui se traduit non-seulement par l’enthousiasme, mais par l’engoûment, et fait dire de ceux dont elle fausse le jugement qu’ils aiment à se monter l’imagination. Aussi, malgré beaucoup de finesse et de pénétration, n’eut-il aucun discernement véritable et ne sut-il jamais proportionner son admiration ou son estime à l’importance des choses ou des hommes qu’il préférait. N’insistons pas davantage sur ce sujet, la page inconcevable que nous venons de citer nous en dispense. Vous qui venez de la lire, n’est-il pas vrai que vous commencez à comprendre comment il a pu se faire qu’il ait pris le colonel Oudet pour un rival de Napoléon et Chodruc Duclos pour un Timon d’Athènes ?

Nodier parle peu de politique dans ses lettres de jeunesse ; à peine çà et là quelques phrases, une entre autres sur les fureurs du géant hideux qui s’appelle le peuple, lesquelles prouvent, par parenthèse, que, lorsqu’il les écrivit, il ne soupçonnait guère que son royalisme allait faire si prochaine alliance avec le jacobinisme ;

  1. Dans sa Notice biographique, M. Francis Wey nous raconte une bien divertissante anecdote de la vieillesse de Nodier. Un soir, à l’Arsenal, il annonce à ses amis qu’il a reçu le matin la visite d’un jeune compatriote qui est bien la nature la plus rare qui se puisse rêver, un poète qui s’ignore, un héros encore inconscient ; on le verra, il l’a prié d’honorer les réceptions de sa divine présence. Ce phénix entre, désappointement général. C’était un jeune paysan franc-comtois de manières gauches et de formes mal dégrossies.