Page:Revue des Deux Mondes - 1882 - tome 52.djvu/305

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les colonnes d’Hercule, la Numidie, l’Atlas, pour venir soumettre en dernier lieu Cartilage et Cyrène, étonnées de se trouver assaillies par des Grecs dont les vaisseaux sortiraient tout armés des mers inexplorées où le soleil se couche. Alexandre eût ainsi devancé les exploits « de ces hommes fameux qui, partis des rives de la Lusitanie, s’avancèrent au-delà de la Taprobane. »


 :…… Os Baroês assinalados,
 : Que da Occidental praia Lusitana
 : Por mares nunca d’antés navegados,
 : Passáram ainda além da Taprobana.


A toutes les appréhensions de ses amis Alexandre répondait gaîment par ce vers d’Euripide :


 : Un projet bien conçu, voilà le bon présage !


Et pourtant Alexandre, si l’on en croit Diodore de Sicile et Plutarque, était loin d’être aussi exempt d’inquiétudes qu’il affectait, dans l’intérêt de sa politique, de le paraître. Est-il donc besoin de tant de prodiges menaçans pour rappeler à l’homme la fragilité de son existence ? Roi de la nature qu’il dompte et qu’il maîtrise, l’homme en reste-t-il moins le plus chétif et le plus exposé de tous les atomes ? Dans les premiers jours de juin de l’année 323 avant Jésus-Christ, Alexandre, au sortir d’un banquet donné à Néarque, se sent brusquement « frappé, » comme d’un coup de lance, d’une douleur aiguë dans les reins. » Ses douleurs sont si vives « qu’il demande, dit Justin, un poignard pour remède et que le moindre attouchement lui arrache des plaintes, comme si l’on retournait le fer dans la place. » C’est ainsi que j’ai vu, au mois de novembre 1855, défaillir subitement sous la première atteinte du fléau dont nos vaisseaux gardèrent toujours le germe l’amiral illustre qui ramenait en France l’escadre victorieuse de Crimée. L’amiral Bruat fut aussi frappé « d’urne douleur aiguë dans les reins, » pendant que, du balcon du Montebello, il donnait ses ordres pour la nuit et faisait rectifier la ligne un instant déformée. Que conclure de ce rapprochement ? Le poison et le choléra n’ont-ils pas, jusqu’à un certain point des effets analogues ? Ni l’un ni l’autre pourtant, si j’en crois les médecins que j’ai consultés, n’a l’habitude de trahir sa cruelle invasion par la fièvre, et chez Alexandre, au dire d’Aristobule, l’hôte et le protégé du meurtrier présumé, de l’impie et détestable Cassandre, au rapport si souvent invoqué et si peu certain cependant des éphémérides, la fièvre, une fièvre ardente, dès le milieu de la nuit se déclare. Le lendemain, le roi trouve encore le courage d’écouter