Page:Revue des Deux Mondes - 1882 - tome 52.djvu/755

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Prévost-Paradol, qui a précédé ses aînés. Peu d’hommes ont été plus ambitieux que lui et ont plus difficilement supporté la discipline que lui imposait le parti d’opposition auquel il était affilié. Il avait la phrase facile, de beau langage, l’épigramme savamment enveloppée et une grande habileté à se maintenir dans une mesure irréprochable. Il était ou paraissait toujours affairé ; il arrivait au bureau des Débats, échangeait un bonjour avec les uns et les autres, s’asseyait et écrivait deux ou trois billets de cette longue écriture qu’il s’efforçait de faire ressembler à celle du temps de Louis XIV. Volontiers il eût repris la vieille orthographe ; il s’y essaya, ses amis le raillèrent et il y renonça. Né en 1829, il était alors un des plus jeunes écrivains des Débats. Il avait été un des bons élèves de l’École normale, assidu et de forme classique, avec une pointe d’ironie qui parfois perçait malgré lui. Quoiqu’il eût obtenu, en 1849, le prix d’honneur de philosophie, c’est vers les lettres qu’il se sentait entraîné. Il n’a point été démissionnaire pour refus de serment à la suite du coup d’état du 2 décembre, comme on l’a dit, car, après s’être fait recevoir docteur ès-lettres, il fut, en 1855, nommé professeur de littérature française à la faculté d’Aix, en Provence. Il n’y resta pas ; Aix était trop loin de Paris, trop loin de ce centre où se font les réputations, où la notoriété s’acquiert, où les portes s’ouvrent sur les chemins qui mènent aux grandes situations politiques. Il donna sa démission, que l’on accepta, car on n’avait su reconnaître, ni sa valeur, ni l’ambition secrète qui le tourmentait. C’est alors, en 1856, qu’il entra au Journal des Débats, dont, par ses allures hardies et sa phrase pétulante, il réveilla la prose un peu somnolente. De ce jour, l’empire autoritaire compta un ennemi de plus, expert en escarmouches et sachant apaiser son feu lorsque le péril semblait se rapprocher. Il ne manquait pas d’entregent, avait de la souplesse, beaucoup d’esprit de conversation et possédait à fond l’art d’écouter, ce qui est un excellent moyen de parvenir. Il fut attiré et bien accueilli dans le monde qui représentait l’opposition parlementaire. Il en devint l’enfant chéri et l’on vit en lui un Martignac futur. Il y trouvait son compte : le luxe lui plaisait, il se façonnait de son mieux aux bonnes manières, singeait certaines attitudes que l’on reconnaissait facilement et regardait avec confiance vers l’avenir. Où ne pouvait-il pas arriver ? n’avait-il pas été de l’École normale comme Villemain, comme Victor Cousin ? n’avait-il pas été professeur, comme Royer-Collard ? L’extérieur était de mince apparence : la tête trop longue, le buste trop long, les jambes trop courtes, petit et de démarche saccadée. La voix, un peu sourde dans les notes basses, avait du charme et éclatait parfois comme si elle eût voulu réveiller l’attention. C’est là un