Page:Revue des Deux Mondes - 1884 - tome 63.djvu/109

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


compte parmi ses adhérens des personnages riches ; elle avait un droit de propriété à maintenir, et elle le maintint, comme une bonne mère de famille qu’elle est, en fixant le taux du bail annuel à la somme de 50 francs. C’est une subvention déguisée, accordée par une administration qui, maniant toutes les misères de Paris, sait mieux que nul autre comment on les soulage et n’ignore pas que, toutes les fois que l’on fait du bien, c’est à elle-même que l’on vient en aide. Les réparations sont baissées au compte de la société ; malheureusement elles sont lourdes, elles sont fréquentes et finiront par coûter plus cher qu’un bail sérieux.

La directrice de l’asile, Mme Horny, pour ne porter ni guimpe, ni béguin, ni rosaire, n’en est pas moins une sorte de sœur de charité ; intelligente, active, elle excelle à confesser ses pensionnaires, à leur rouvrir l’espérance, à les remettre en bonne voie et souvent, très souvent, à les pourvoir d’une bonne condition. Car, là aussi, comme à l’Hospitalité du travail, comme à l’Hospitalité de nuit, on s’efforce de procurer un gagne-pain aux pauvres êtres que la misère a courbatus, et l’on réussit dans de notables proportions que des chiffres feront apprécier. Sur 16,897 femmes qui, depuis le 20 mai 1879 jusqu’au 31 décembre 1883, ont passé dans les asiles de la société, 2,629 ont pu, grâce à l’intervention philanthropique, trouver le gain d’un travail assuré. Ouvrir un asile à la femme, c’est ouvrir un asile à l’enfant ; on ne peut dire à la mère : « Laisse ton fils dans la rue si tu veux dormir sous mon toit. » Aussi le nombre des enfans hospitalisés a-t-il été considérable, et j’en compte 5,580 que la bonne maison a recueillis. On ne s’attendait pas à cela lorsque le refuge de la rue Saint-Jacques fut créé ; on s’était imaginé que là, au sommet de la montagne des écoles, Mons scholarum, comme disait le moyen âge, on serait envahi par des bandes d’étournelles, étudiantes en chômage d’étudians, grisettes en rupture de magasin, ouvrières en chorégraphie naturaliste. Toutes les prévisions furent trompées. La bise eut beau venir, les cigales ne vinrent pas avec elle. On s’aperçut que, si l’on était dans le quartier des mœurs faciles et des bals publics, on était surtout dans le voisinage des hôpitaux ; ce n’est pas l’insouciance prise au dépourvu qui vint frapper à la porte, c’est la souffrance qui succède à une faute dont le résultat pèsera sur toute la vie. L’asile de la rue Saint-Jacques semble être la salle d’attente et la salle de convalescence de l’hospice de la Maternité, qui fut jadis l’abbaye de Port-Royal, qu’un décret du 13 juillet 1795 convertit en hôpital. On se hâta de se mettre en mesure contre cette éventualité à laquelle personne n’avait songé et près des lits on installa des berceaux. pour accueillir ces malheureuses, on ne leur demande point un