Page:Revue des Deux Mondes - 1884 - tome 66.djvu/964

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


acculé, selon toute vraisemblance, à l’expédient des douzièmes provisoires. L’Italien présente, comme les rentes françaises, une plus-value de 0 fr. 30 à 0 fr. 35 sur le dernier cours de compensation. Ce fonds poursuit lentement, mais résolument, sa marche vers le pair. Il est soutenu, dans ces dernières semaines de l’exercice, par l’imminence de la solution relative aux conventions des chemins de fer, par l’approche du détachement du coupon semestriel et par le caractère hautement satisfaisant de l’exposé que vient de faire le ministre des finances d’Italie, M. Magliani, sur la situation budgétaire du royaume.

Les fonds russes, autrichiens et hongrois sont toujours en grande faveur, les premiers principalement à Berlin, les autres sur les trois places de Vienne, de Berlin et de Paris. Le 4 pour 100 or d’Autriche a dépassé 86, le 4 pour 100 or hongrois 81 ; l’écart entre les deux rentes similaires tend à diminuer à mesure que s’améliore le crédit de la Hongrie. L’Extérieure d’Espagne revient peu à peu aux cours cotés avant la dernière réaction causée par l’agitation des étudians. La situation financière se consolide au-delà des Pyrénées ; il y a là un 4 pour 100 dont le prix contraste singulièrement avec ceux des fonds austro-hongrois.

Le Comptoir d’escompte a émis cette semaine avec un succès modeste une portion de l’emprunt du gouvernement hellénique destiné à faciliter l’abolition du cours forcé en Grèce. Le 5 pour 100 turc est immobile à 8.60, tandis que l’obligation ottomane privilégiée se rapproche peu à peu de 400 francs, prix auquel elle donnerait encore, bien que primant tous les autres emprunts de la Turquie, un revenu plus élevé qu’aucun d’eux. L’Unifiée est ferme à 320. Le cabinet anglais attend la réponse des puissances à ses propositions. Deux faits qui peuvent exercer une influence considérable sur la solution des difficultés financières de l’Egypte se sont produits cette semaine. La caisse de la Dette a gagné son procès contre le gouvernement devant les tribunaux internationaux du Caire, et les cabinets de Berlin et de Saint-Pétersbourg ont demandé officiellement au khédive l’admission d’un délégué allemand et d’un délégué russe dans la commission chargée d’administrer la caisse de la Dette.

Les titres de quelques établissemens de crédit ont légèrement progressé cette quinzaine, entre autres le Crédit foncier, la Banque de Paris, la Banque d’escompte, la Société générale, la Banque franco-égyptienne, le Crédit lyonnais. La Banque ottomane et le Mobilier espagnol, après une hausse, ont rétrogradé. Des mouvemens assez vifs ont agité les cours du Suez et de quelques autres valeurs industrielles en hausse et en baisse ; mais le résultat de ces variations est insignifiant si l’on compare les cotes d’une quinzaine à l’autre.


Le directeur-gérant : C. BULOZ.