Page:Revue des Deux Mondes - 1886 - tome 75.djvu/244

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


disposition des déposans des caisses d’épargne au prorata du montant de leurs comptes. C’était une seconde souscription, d’un caractère spécial, exclusivement réservée à une classe particulière de capitalistes. Le résultat n’en eût pas moins été que la totalité de l’emprunt, et non plus seulement la part destinée à l’émission publique, eût pesé sur le marché.

Le sénat a craint que la souscription réservée par privilège aux déposans des caisses d’épargne ne donnât lieu à de fâcheux abus, à des spéculations regrettables, et il a décidé que la Caisse des dépôts et consignations garderait simplement les 400 millions qui lui seraient remis en titres de 3 pour 100 par le trésor, comme elle garde déjà les 1,200 millions en titres de rente 3 pour 100 amortissable qui lui ont été remis il y a quelques années en contre-partie d’un montant égal des avances des caisses d’épargne.

L’opération, qui à l’origine comportait une création de rentes nouvelles pour une somme de 1,500 millions, a donc perdu, après six semaines de débat dans les deux chambres, beaucoup de son importance primitive. Il ne s’agit plus d’une liquidation générale de la dette flottante, du budget extraordinaire et des déficits présumés de 1886 et de 1887, mais d’une modeste consolidation partielle qui, tout en allégeant la charge de la dette flottante, réserve la solution de toutes les questions soulevées dans le projet de budget de M. Sadi-Carnot.

Tandis que le sénat achevait l’examen de la proposition d’emprunt, les cours de notre marché étaient d’une immobilité absolue et les transactions subissaient un ralentissement très marqué. Aussitôt que le sénat eut fait connaître sa décision, et que la chambre l’eut acceptée, les prix des rentes se relevèrent subitement, le 3 pour 100 étant porté de 80.75 à 81.20. Puis la spéculation attendit à ce niveau que le ministre des finances fît promulguer la loi d’emprunt et publier le décret relatif aux conditions et à la date de l’émission. C’est le 2 mai qu’aura lieu cette publication, et la souscription sera fixée au 10 mai. Les versemens seront échelonnés au nombre de quatre, et aucune anticipation de libération ne sera autorisée. L’irréductibilité ne sera assurée à aucune souscription. Il est inutile de parler des chances de succès de l’opération. Nul ne met en doute que l’emprunt sera couvert dix ou quinze fois au moins, dût-il être émis à 80 francs, comme sembleraient l’indiquer les cours atteints sur le 3 pour 100.

Un vif mouvement de reprise s’est dessiné le mardi 27 sous l’impression des dépêches portant que le cabinet hellénique, cédant aux amicales remontrances du gouvernement français, avait promis le désarmement tant de fois demandé en vain par les puissances. On croyait la question grecque bien définitivement réglée ; mais on avait compté sans les autres puissances. Malgré la réponse satisfaisante faite par la Grèce à la note de M. de Freycinet, l’ultimatum des cinq puissances a