Page:Revue des Deux Mondes - 1886 - tome 76.djvu/762

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
UNE
CONSPIRATION REPUBLICAINE
SOUS LOUIS XIV

LE COMPLOT DU CHEVALIER DE ROHAN ET DE LATRÉAUMONT.

II.[1]
DÉCOUVERTE DU COMPLOT ET PROCÈS FAIT AUX ACCUSÉS.

Le chevalier de Rohan et Latréaumont ne restèrent pas inactifs pendant que leur émissaire était dans les Pays-Bas, où il s’entendait avec le comte de Monterey. Ils achevèrent d’ourdir le complot et travaillèrent à y faire entrer tous ceux sur lesquels ils exerçaient quelque influence. Une fois qu’ils eurent été avisés à mots couverts, par le médecin flamand, des conditions qu’acceptait le gouverneur espagnol, ils furent pleins d’espoir et redoublèrent d’activité. Van den Enden, de son côté, précipita son retour à Paris ; mais, pour ne point appeler les soupçons de la police française, il évita de revenir d’Anvers à Bruxelles et de prendre la route qui conduisait

  1. Voyez la Revue du 15 juillet.