Page:Revue des Deux Mondes - 1891 - tome 108.djvu/459

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


donnons in-extenso la traduction qu’a faite de cette pièce le lieutenant Deleuze du 1er régiment étranger.

Le roi [1] dit ceci à ses serviteurs fidèles :

Tout est bien changé depuis que les guerres incessantes troublent le royaume et font commettre des crimes que le ciel et la terre ne peuvent pardonner.

L’arc et les flèches des jeunes gens ont du travail vers les quatre points cardinaux et l’homme adroit peut se nourrir de la chair de ses ennemis et se coucher sur leur peau [2].

Ces Français, qui se sont associés avec ces chiens d’étrangers [3] habitant les îles rocheuses de la mer, n’ont pas plus de cœur que des quadrupèdes.

Leur métier est de voler de toutes façons, car leur avidité est très grande. Ils excitent les hommes les uns contre les autres et répandent cent calomnies.

Ils se prévalent de leur habileté à construire et à diriger des bateaux marchant par une machine à feu et ils ont la plus grande confiance dans leurs fusils « à aiguille. »

Ils s’établirent d’abord sur la côte pour faire la guerre. Puis, - lorsqu’ils eurent tout dévoré comme des vers à soie, « ils remontèrent toutes les rivières ainsi qu’a coutume de le faire le poisson kinh (la dorade) qui cherche sa pâture.

L’ancien roi [4], qui affectionnait les deux parties de son royaume [5], les voyant troublées depuis quelque temps, fit la paix (avec les Français).

Et les Chinois eurent peur à leur tour que leur nation se fatiguât d’une guerre sans fin.

L’impératrice [6] s’entendit avec les Français et nous a abandonnés jusque cette année-ci. Des rebelles la suivirent dans cette trahison envers l’Etat et leur désertion dure encore aujourd’hui. Ils comptent sur l’appui des « pirates [7] » pour assassiner et s’enfuir après.

Mais lorsqu’un furoncle est crevé, pourquoi crier encore [8] ? Les bois et les herbes [9] suent de colère, et une odeur infecte s’est répandue dans la nation.

La poule habite l’aire de l’aigle !

  1. Ham-Nghi.
  2. En guise de natte.
  3. Expédition Dupuis.
  4. Tu-Duc.
  5. Le Tonkin et l’Annam.
  6. La femme de l’empereur Tu-Duc.
  7. Les Français.
  8. Proverbe annamite.
  9. Toute la nature.