Page:Revue des Deux Mondes - 1892 - tome 114.djvu/483

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les valeurs de placement de premier ordre, qui ne se négocient qu’au comptant, ne rapportent guère plus que la rente française, quelquefois même un peu moins, ce qui est le cas pour les obligations de nos six grandes compagnies, toutes cotées aux environs du cours de 470, pour un revenu effectif, impôt déduit, de 13 fr. 52. Les obligations des Compagnies algériennes varient de 420 à 455. Les obligations 4 pour 100 des grandes sociétés industrielles se tiennent généralement au-dessus du pair.

L’amélioration qui s’est accusée depuis le commencement du mois sur le marché de Berlin a profité tout d’abord à toutes les catégories de fonds russes. Le rouble s’est raffermi à 201 marks et 248 francs environ. L’emprunt d’Orient a monté d’une unité à 67.20, le Consolidé 4 pour 100 de près d’une unité à 96.65, le 3 pour 100 de 1891 de 0 fr. 80 à 79.40. Ce dernier fonds avait un moment dépassé son taux d’émission de 79.75. Des réalisations importantes le lui ont fait reperdre, mais il est déjà presque intégralement regagné. Il n’est pas question provisoirement d’une nouvelle émission de rentes pour la Russie. La situation générale de l’empire, au point de vue économique et fiscal, est d’ailleurs très satisfaisante ; les disponibilités métalliques sont notamment considérables, tant au Trésor et à la Banque d’État qu’en dépôt à l’étranger, ainsi qu’en font foi des publications récentes du ministère des finances de Saint-Pétersbourg.

La rente italienne a profité de l’impression favorable produite par le résultat des élections. Le gouvernement a fait élire, en grande majorité, des candidats disposés à soutenir plus ou moins fidèlement sa politique. L’extrême gauche et la fraction Crispi ont subi des échecs sensibles. Toutefois, les leçons répétées de l’expérience ont appris combien est fragile en Italie la stabilité ministérielle fondée sur le résultat d’élections générales. Le cabinet Giolitti a eu tout le loisir d’élaborer les mesures propres à relever le crédit du royaume par le rétablissement de l’équilibre budgétaire. On n’attend pas de lui que ce desideratum soit atteint en une seule année, mais on lui saura gré de la présentation au parlement d’Italie de quelques réformes pratiques et précises et d’économies, portant peut-être sur des chiffres restreints, mais judicieuses et surtout efficaces. C’est par des considérations de cet ordre que se peut justifier l’avance de la rente italienne de 92.30 à 93 francs.

L’Extérieure d’Espagne, sur de meilleures nouvelles de la santé du jeune roi, sur le voyage des souverains du Portugal à Madrid, et sur l’annonce d’un projet d’emprunt de quelques centaines de millions que le ministère proposerait aux Cortès en décembre, s’est relevée d’une unité à 63.30, malgré les mouvemens populaires de Grenade et la tension persistante du change. La situation budgétaire est toujours