Page:Revue des Deux Mondes - 1895 - tome 130.djvu/486

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


naux nous cherchent querelle au sujet de l’arrangement modeste et normal que nous venons enfin, après sept ou huit ans de négociations, de terminer avec la Chine ! On nous permettra de dire que cela passe la plaisanterie. Lord Salisbury a autre chose à faire qu’à suivre les suggestions de la presse anglaise au sujet de nos rapports avec la Chine. Qu’il commence par ordonner l’évacuation de Muong-Sing : nous causerons ensuite plus librement de tout ce qui pourra l’intéresser.

On a beaucoup parlé, depuis quelques jours, de troubles qui se sont produits en Macédoine. Le caractère de ces incidens n’est pas encore très bien connu ; toutefois, l’importance semble en avoir été exagérée. Des bandes sont parties de Bulgarie et sont entrées en Macédoine, où elles ont causé quelques désordres ; mais elles sont peu nombreuses, et, si elles ne sont pas soutenues du dehors, elles ne tarderont pas à se dissiper. Or, elles ne paraissent pas devoir être soutenues. Aucune des grandes puissances dont les conflits ont trop souvent agité la péninsule des Balkans n’est en ce moment disposée à y fomenter une agitation nouvelle ; du moins, elles s’en défendent toutes, et avec un grand air de sincérité. M. Crispi a bien assuré la Bulgarie de sa protection toute fraternelle, mais il est un peu loin, et il s’est trouvé depuis lors très occupé chez lui, pour son propre compte. L’Autriche est sage et tranquille ; la Russie ne l’est pas moins. On ne voit donc pas d’où pourrait venir le danger ; car, s’il s’agit d’un mouvement spontané, il est facile d’avance d’en mesurer l’évolution et d’en prévoir le terme prochain. Quelques personnes ont cru apercevoir dans ces troubles la main de l’Angleterre. On a dit que l’Angleterre, après avoir essayé de tirer parti des affaires d’Arménie, suscitait des embarras à la Porte sur un autre point afin de l’amener à capituler sur le premier. Ce seraient là des calculs d’un machiavélisme assez rudimentaire : rien n’autorise à les attribuer au gouvernement britannique. S’il y a eu essai d’intimidation sur la Porte, il vient plutôt de la Bulgarie, qui ne rencontre plus, dit-on, à Constantinople les mêmes facilités qu’autrefois pour la nomination et l’investiture d’évêques bulgares en Macédoine, c’est-à-dire pour l’assimilation religieuse du pays. Réduits à ces proportions, les troubles récens perdent de leur gravité : il est probable que dans quelques jours on n’en parlera plus.

FRANCIS CHARMES.

Le directeur-gérant,

F. BRUNETIERE.