Page:Revue des Deux Mondes - 1898 - tome 145.djvu/301

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


quelques retards vite réparés, mieux menée à accomplissement.

Tandis que l’armée française se trouvait ainsi former une masse redoutable, les Anglo-Prussiens étaient encore disséminés sur un front de plus de trente-cinq lieues et sur une profondeur moyenne de douze. Le 14 juin, le quartier général de Blücher était à Namur. Le 1er corps (30 800 hommes sous Ziéten) qui formait la droite de l’armée prussienne, occupait Fontaine-Lévêque, Marchiennes, Charleroi, Fleurus, Moustiers-sur-Sambre, Sombreffe et Gembloux ; — le 2e corps (31 000 hommes sous Pirch Ier), Namur, Héron et Hanut ; — le 3° corps (23 900 hommes sous Thielmann) Ciney, Dinant et Huy ; — le 4e corps (30 300 hommes sous Bulow) Liège et Tongres [1].

Les cantonnemens de l’armée de Wellington, qui avait établi son quartier général à Bruxelles, s’étendaient de la Lys aux sources de la petite rivière de la Haine. Le 2e corps (27 321 hommes sous lord Hill) occupait Leuze, Ath, Audenarde, Gand et Alost ; — le 1er corps (30 246 hommes sous le prince d’Orange,), Mons, Rœulx, Frasnes, Seneffe, Nivelles, Genappe, Soignies, Enghien et Braine-le-Comte ; — le corps de cavalerie (9 913 hommes sous lord Uxbridge) cantonnait le long de la Dender, entre Ninove et Grammont, et la réserve (25 597 hommes sous le commandement direct de Wellington) [2] à Bruxelles et aux environs.

  1. Corps Ziéten : Divisions d’infanterie Steinmetz, Pirch II, Jagow et Hennckel, Réserve de cavalerie : von Röder, 32 escadrons ; 12 batteries.
    Les Prussiens appelaient brigade d’infanterie la réunion de 3 régimens chacun de 3 bataillons à 730 hommes. Pour éviter toute confusion dans l’esprit du lecteur, je donne le nom de divisions à ces brigades qui avaient, en fait, un effectif égal et souvent supérieur à celui des divisions françaises.
    Corps Pirch I : Divisions d’infanterie Tippelskirch, Krafft, Brause et Rose. Réserve de cavalerie, von Jurgass, 36 escadrons ; 10 batteries.
    Corps Thielmann : Divisions d’infanterie Borcke. Kemphen, Lück et Stülpnagel. Réserve de cavalerie, Hobé (21 escadrons, 6 batteries.
    Corps Bülow : Divisions Hacke, Ryssell, Losthin et Hiller. Réserve de cavalerie, prince Guillaume de Prusse (43 escadrons) 11 batteries.
  2. Corps Hill : Divisions Clinton et Colville (Anglais. Légion germanique, Hanovriens). Division Stedmann (Hollando-Belges). Brigade hollandaise d’Anthing dite brigade indienne). Brigade de cavalerie hanovrienne, d’Estorff, 4 batteries.
    Corps d’Orange : Division Cooke (gardes anglaises). Division Alten (Anglais, légion germanique, Hanovriens). Division Perponcher (Hollandais, Belges, Hanovriens). Division Chassé (Belges et Hollandais). Division de cavalerie Collaert (carabiniers, dragons et hussards hollando-belges), 7 batteries.
    Cavalerie d’Uxbridge : Brigade Sommerset (Life-guards, Horse-guards et dragons de la garde). Brigade Ponsonby (1er, 2e et 6e dragons anglais). Brigade Grant (hussards anglais). Brigades Vandeleur, Dörnberg, Vivian et Arendschild (Anglais et légion germanique).
    Réserve : Division Picton (11 bataillons anglais et 4 hanovriens). Division Cole (Anglais et Hanovriens, 1 batterie). Contingent de Brunswick (8 bataillons, 5 escadrons, 2 batteries). Brigade Kruse (Nassaviens). Artillerie de réserve, 12 batteries.