Page:Revue des Deux Mondes - 1901 - tome 3.djvu/805

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA DÉFENSE
DE LA
LÉGATION DE FRANCE
À PÉKIN[1]



29 mai 1900. — Le d’Entrecastaux et le Descartes sont mouillés à Tché-Fou.

Au reçu d’une dépêche de M. le ministre de France à Pékin, l’amiral Courrejolles, commandant en chef la division d’Extrême-Orient, donne l’ordre au Descartes d’appareiller de suite pour Ta-Kou où il débarquera un détachement de 100 marins (50 du d’Entrecasteaux et 50 du Descartes).

L’amiral, en me remettant ses instructions écrites, me recommande de me mettre en rapport avec les chefs des détachemens étrangers que je rencontrerai à Ta-Kou, et de faire route avec eux jusqu’à Tien-Sin, où j’aurai à me mettre à la disposition de notre consul général, M. du Chaylard.

Trois officiers nous sont adjoints : M. l’enseigne de vaisseau Henry du d’Entrecasteaux, M. l’enseigne de vaisseau Douguet, et M. l’aspirant Herber du Descartes.

Les hommes emportent leurs sacs, leur hamac, et chacun 316 cartouches. Nous avons, en outre, des vivres pour trois jours.

  1. Les pages qui suivent sont des fragmens extraits du Journal de M. le lieutenant de vaisseau Darcy, chargé durant les derniers événemens de la défense de la légation de France à Pékin. Nous en devons la communication à l’obligeance de l’éditeur A. Challamel, chez qui ce Journal doit paraître prochainement.