Page:Revue des Deux Mondes - 1901 - tome 6.djvu/292

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


C’est en vain que le prêtre aurait alors privément toutes les vertus qu’on exige d’un saint, et j’admets qu’il les eût, mais sa situation serait celle d’un « fonctionnaire, » et l’Eglise ne serait plus qu’une administration, comme l’Enregistrement ou le Timbre. On serait curé comme on est percepteur ; on serait évêque comme on est trésorier général. On avancerait comme dans le « civil » ou dans le « militaire : » un tour à l’ancienneté, deux tours au choix ; et ce serait naturellement le gouvernement qui choisirait. De la main du directeur des Cultes, qu’on nommerait d’un nom plus sonore, l’évêque recevrait ses vicaires généraux, ses curés, ses secrétaires, ses chanoines ; le ministère le déplacerait, selon les besoins du service, d’un bout de la France à l’autre bout, et, par hasard, s’il faisait mine de résister, on le mettrait « en disponibilité ! » N’est-ce pas alors qu’on aurait une Eglise vraiment « nationale ? » Elle le serait bien plus encore si l’on mariait les prêtres, et qu’on leur interdît de porter la soutane ! Quelques maires de France ont pris, comme l’on sait, des « arrêtés » en ce sens. Je veux qu’on les ait annulés. Mais les annulera-t-on toujours ? Et, en attendant, sans appuyer plus qu’il ne faut sur cette question de forme, ce qui est bien certain, c’est que moins il y aura de différence entre le laïque et le prêtre, plus une Eglise en sera « nationale » ou « d’Etat ; » et, en ces termes généraux, c’est bien lace que l’on voudrait : faire du prêtre un « fonctionnaire » et confondre ou unir intimement en lui, comme dans la Rome antique, ce que le christianisme est précisément venu séparer dans le monde, les droits de la conscience, même « errante, » et les droits de l’Etal, ou, si l’on veut encore, la morale et la politique.

Car il faut bien s’en rendre compte : une religion « nationale » ou « d’Etat, » — qu’elle soit celle de Louis XIV, de Calvin, ou de Robespierre, — c’est encore, et de plus que tout ce que nous avons dit, la confusion de la morale et de la politique. Elle ne contraignait tout à l’heure que les « idées » sous la loi de son enseignement officiel, et on l’eût pu croire enfermée dans l’école ou dans l’Eglise. Mais, aux yeux des hommes politiques, les « idées » ne prennent d’importance ou d’intérêt, elles n’existent à vrai dire qu’autant qu’ils les jugent capables de se traduire en « actes ; » et ainsi, par l’enseignement d’abord, puis ensuite par la loi, c’est de la conduite entière qu’une Eglise ou une religion « nationales » voudront nécessairement