Page:Revue des Deux Mondes - 1901 - tome 6.djvu/433

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Une réconciliation – L’Espagne et l’Amérique latine


On a distingué, jusqu’ici, deux phases principales dans l’histoire des rapports du Nouveau Monde avec l’Espagne et l’Angleterre, les pays européens qui ont le plus contribué à lui donner sa physionomie actuelle. La première a consisté dans la domination directe des deux nations conquérantes sur les contrées conquises, lesquelles étaient réduites à l’état de dépendances. Puis est venue la seconde phase, conséquence d’une exploitation maladroite, et qui a été marquée par l’émancipation de ces dépendances. Bien que ce soient les colonies anglaises qui aient été les premières à se soulever, ce mouvement insurrectionnel n’a abouti qu’à un résultat partiel, puisque le Dominion du Canada est encore une dépendance britannique. En ce qui concerne l’Espagne, la seconde phase est consommée. Bien que ses colonies n’aient commencé que plus tard à s’émanciper, cette émancipation est désormais complète, puisque la guerre hispano-américaine de 1898 lui a fait perdre ses dernières possessions dans le Nouveau Monde. Cette seconde phase, aussi bien en ce qui concerne l’Espagne que l’Angleterre, a eu pour caractère commun une grande défiance et même de l’hostilité de la part des colonies émancipées à l’égard de l’ancienne mère patrie, considérée comme une marâtre. Il en est résulté un relâchement des rapports sociaux et économiques correspondant à la rupture des liens politiques. Nous serait-il réservé de voir s’ouvrir