Page:Revue des Deux Mondes - 1901 - tome 6.djvu/486

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


telle puissance, toutes ont eu à en souffrir et toutes commençaient à la supporter avec impatience. Si nous avions montré, une fois l’entreprise engagée, quelque hésitation ou quelque faiblesse, sans doute nous en aurions pâti plus que les autres, et toutes nos œuvres d’Orient, soit privées, soit publiques, auraient périclité ; mais les autres auraient subi le contre-coup de notre échec, jusqu’au jour où l’un d’eux aurait relevé les armes tombées de notre main. Heureusement rien de pareil n’était à craindre. Nous avons produit sur le Sultan tout l’effet que nous désirions. À ce succès matériel est venu s’ajouter un succès moral que nous n’apprécions pas moins : tout le monde a eu confiance dans notre loyauté. Nous avons dit que nous n’avions aucune idée de conquête ; que nous ne poursuivions aucun avantage particulier propre à détruire en notre faveur l’équilibre méditerranéen ; que nous ne recherchions pas un agrandissement ; que nous entendions seulement ne pas déchoir. On nous a crus. Nulle part, le moindre doute ne s’est élevé sur nos intentions, pas plus à Londres qu’à Rome, pas plus à Rome qu’à Berlin même. Les susceptibilités, si éveillées d’ordinaire, et parfois si jalouses, de l’Europe, se sont effacées devant la légitimité de notre cause et la confiance qu’inspirait notre modération. Cette affaire s’est mieux terminée qu’elle n’avait été engagée. Puissions-nous n’avoir plus besoin de recommencer un pareil effort ! Il faut pour cela qu’on le sache bien à Constantinople : un gouvernement français, quel qu’il soit, trouvera le concours et l’appui d’un Parlement, quel qu’il soit aussi, pour la défense des intérêts de nos nationaux et des droits particuliers que nous assurent les conventions et les traités. Notre action sera assez prudente pour qu’aucune autre puissance ne doive en prendre ombrage ; mais cela ne l’empêchera pas d’être vigoureuse et efficace. La Porte a bien fait, par un retour tardif de prudence, de ne pas nous imposer l’obligation de lui donner des développemens nouveaux.


Francis Charmes.
Le Directeur-Gérant,
F. Brunetière.