Page:Revue des Deux Mondes - 1906 - tome 31.djvu/579

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l’envoi de votre lettre à M. de Chalus reste suspendu au moins jusqu’à l’époque où, en réponse à cette lettre, vous m’aurez fait passer vos ordres directs… Vous avez jugé vous-même que la marche que vous avez suivie pour l’envoi de votre lettre à M. de Chalus n’était pas conforme à la règle que vous aviez établie. Je connais trop bien votre amitié et votre confiance pour penser à me plaindre de ce que cette marche pouvait avoir de désagréable pour moi. Votre intérêt seul m’occupe et si j’attache du prix à ce qui peut affaiblir ou augmenter ma considération personnelle, ce n’est que pour la rendre plus utile à votre service. Mais il est de mon devoir de vous représenter que, dans la circonstance actuelle surtout, l’envoi de votre lettre à M. de Chalus n’aurait pu que produire un effet fâcheux et c’est par ce motif que j’ai fait dire au prince de la Trémoïlle de la garder jusqu’à nouvel ordre. »

Pour écrire avec cette modération, Monsieur, dans l’état d’esprit où il se trouvait, avait dû certes se faire violence. Mais le Roi ne lui en sut aucun gré, même après que le comte François d’Escars, qui lui apportait la lettre à Blanckenberg, l’eut complétée, au nom de Monsieur, par diverses explications. Les formes déférentes qu’affectait son frère ne l’empêchèrent pas de sentir vivement ce qu’il y avait d’attentatoire à son autorité dans la suspension de ses ordres. Si sa réponse, en date du 30 octobre, trahit la volonté de demeurer aussi calme que ferme et de ne prononcer aucune parole blessante, on y devine cependant un blâme formel et la résolution de se faire obéir.

« Je pense bien comme vous que l’événement du 4 septembre n’a pas abattu le courage des royalistes, et je conçois qu’au contraire, ils soient plus animés que jamais. Je suis fort aise que vous vous occupiez d’un plan pour tirer parti de ces dispositions. S’il est achevé lorsque vous recevrez ma lettre, j’espère que je le recevrai bientôt et surtout avant que le ministère en ait aucune connaissance. Je dois vous faire observer d’avance que pour qu’un plan soit bon, il faut qu’il embrasse toutes les parties de l’objet qu’on se propose et qu’il y en a dans celui-ci de très essentielles, que vous ne pouvez pas encore connaître. Vous savez qu’excepté une douzaine, les victimes du 4 septembre ont échappé à la fureur du Directoire ; or les principaux se sont rendus en Suisse et ont dû se réunir à Yverdun, pour y former aussi un plan qu’un d’entre eux doit m’apporter et que sans doute