Page:Revue des Deux Mondes - 1907 - tome 37.djvu/243

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


fautive du reste, — en 1802 [1]. Quelques citations donneront une idée plus exacte de ces maximes que n’importe quel commentaire :

« L’homme n’est grand qu’en proportion de l’estime continue qu’il a pour lui-même (IV-XIX). »

« Il ne s’agit pas d’être modeste, mais d’être le premier (VI-II). »

« Envelopper les fourbes dans leurs propres filets, ne ruser que dans la forme, tenir registre des ruses qui auront réussi (VI-X). »

« Se consoler des malheurs réels par un bonheur idéal ; se réfugier de son cœur dans sa tête (VI-XXV). »

« Faire dire par les autres le mal qu’on pense de ses ennemis, en les louant des qualités voisines de leurs défauts et de leurs vices (VII-VI). »

« Donner toujours, et surtout aux femmes, une haute idée de soi par des mots fiers (X-VII). »

« Louer ceux de nos émules que nous avons surpassés (X-XII). »

On le voit, il suffit d’ouvrir ce testament philosophique pour se rendre compte qu’il ne contient pas une morale nouvelle : on y retrouve les commandemens du catéchisme machiavélique transportés à l’époque des Liaisons dangereuses.

Les œuvres d’Hérault de Séchelles comprennent encore des Réflexions sur la Déclamation, des Remarques Sur la conversation, les Détails sur la Société d’Ollen (1790), — récit humoristique d’un voyage en Suisse, — l’ Éloge d’Athanase Auger (lu à la séance publique de la Société des Neuf Sœurs, le 25 mars 1792), — éloquent hommage rendu à la mémoire du traducteur de Démosthène, — et des Pensées et Anecdotes qui renferment quelques raisonnemens frappans par leur justesse.

L’écrivain pénétrant, qui se vantait d’être un homme libre et de mépriser les esclaves, allait être amené tout naturellement à ressentir les premiers effets de l’ivresse révolutionnaire : il fut arraché à ses travaux ou à ses plaisirs par les clameurs de la foule qui se ruait vers la Bastille et il prit part à l’émeute d’une façon tout à fait scandaleuse. L’espace nous manque pour retracer en détail la carrière d’Hérault de Séchelles ; nous chercherons pourtant une querelle à l’historien qui trace du personnage un portrait par trop flatté : il

  1. Les titres des chapitres indiquent les divisions du traité : Chapitre I. Préceptes généraux pour avoir du génie. — II. Choix de moyens et de circonstances pour exalter les facultés intellectuelles, soit toutes ensemble, soit les unes aux dépens des autres. — III. Lecture. — IV. Caractère. — V. Connaissance des hommes. — VI. Plan d’action. — VII. Conversation. — VIII. Forme des livres. — IX. Style des livres et des discours publics. — X. Théorie du charlatanisme. — XI. Logique des contractifs.