Page:Revue des Deux Mondes - 1908 - tome 47.djvu/605

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


commettre un attentat contre l’autorité royale ; c’est injurier le Parlement. » Elle va chercher des argumens de procédure jusque chez les Chaldéens. Et les partisans de M. le Duc [1]de répondre par un contre-mémoire où l’on invoque la Loi de Nature, « celle que Dieu donna à Adam dans le Paradis terrestre (on ne remonte pas plus haut), par laquelle il lui défend la polygamie. » L’auteur de ce factum passe ensuite à Abraham (il saute le déluge), qui eut, il est vrai, des bâtards, mais à sa mort laissa tous ses biens à son fils Isaac, et n’attribua à ses enfans naturels, que des présens.

Mme du Maine avait endoctriné un certain nombre de personnages marquans ou d’avenir : le premier président de Mesme, les maréchaux de Villeroy, de Villars et d’Huxelles ; le petit duc de Richelieu qui commençait à devenir célèbre par ses duels et ses aventures galantes ; le jeune Arouet, qui, bien que plat valet auprès du chef de l’Etat, le déchirait à belles dents à la Cour de Sceaux. Au sortir de la Bastille, où les « J’ai vu… » l’avaient fait mettre, il venait d’être exilé à Châtenay, d’où le voisinage l’avait rapproché de la duchesse du Maine. Sa tragédie d’Œdipe qui fut jouée, en 1718, sur le théâtre de Sceaux, passait pour viser personnellement le Régent.

Arbitre de l’Espagne depuis 1715, le cardinal Alberoni rêvait de rendre ce royaume aussi puissant à l’extérieur que sous Philippe II, et même, en dépit des clauses formelles du traité d’Utrecht, d’assurer éventuellement le trône de France à son maître en cas de mort du petit roi Louis XV. Ces vues insensées étaient naturellement contrariées par la présence du Régent, qui avait aussi des droits éventuels à la couronne. Il fallait l’écarter à tout prix. La duchesse du Maine se prêta avec empressement aux ouvertures qui lui furent faites dans ce sens. Et c’est ainsi que s’organisa, sous ses auspices, et même sous son propre toit, une conspiration fomentée à l’Escurial, soutenue par la coopération de l’ambassadeur d’Espagne en France, et renforcée de tous les élémens de mécontentement ramassés dans les vieux partis de nos provinces.

  1. Le duc de Bourbon.