Page:Revue des Deux Mondes - 1910 - tome 58.djvu/117

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


devoir, et c’était en même temps la conséquence logique de l’initiative prise par lui dans la question. Il avait provoqué ces grandes assises ; il lui appartenait de donner l’exemple d’une exécution immédiate de leurs résolutions.

La situation est la même aujourd’hui. L’œuvre accomplie est sienne. En invitant cette fois encore les gouvernemens à une délibération commune, il s’est moralement engagé, vis-à-vis de l’opinion en même temps que vis-à-vis d’eux-mêmes, à poursuivre jusqu’au bout une tâche dont l’accomplissement ne dépend plus aujourd’hui que de lui. Nous avons la confiance que, fidèle à lui-même, il saura la remplir avec décision.

Et maintenant, il faut conclure. Nous l’avons déjà dit : l’œuvre des deux conférences est un des faits les plus considérables qu’ait encore accomplis dans l’ordre moral le concert des nations, Est-ce un rêve d’espérer que cette œuvre nouvelle ne sera pas sans lendemain, qu’elle pourra devenir une semence féconde et ouvrir des horizons nouveaux à l’humanité ? Les intérêts moraux, objets du concert actuel, sont-ils en effet les seuls qui puissent utilement motiver des ententes internationales ? Et la misère, et la protection des faibles, et la préservation sociale, et tant d’autres objets non moins dignes des sollicitudes mondiales ?

Pour ne parler que du dernier point, la préservation sociale, certains crimes ne sont-ils pas devenus cosmopolites par la facilité des communications, par les ententes, inconnues jusqu’ici, entre malfaiteurs de pays différens ? Ne trouvent-ils pas, dans les règles étroites qui limitent l’action pénale, de sûrs moyens de se soustraire au châtiment ?

Là encore un remarquable précédent vient d’être créé. De simples délits ont été l’objet de règles communes propres à en assurer partout la recherche et la répression. Est-il téméraire d’entrevoir le jour où le monde pourra se protéger par des moyens semblables contre la grande criminalité ?

Qu’il nous soit permis de terminer cette étude sur ce ferme espoir.


R. BERENGER.