Page:Revue des Deux Mondes - 1915 - tome 29.djvu/713

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHRONIQUE DE LA QUINZAINE.




La Bulgarie arme ; elle mobilise. Contre qui ? Malgré des explications et des démentis, personne ne doute que ce soit contre la Serbie. Et armer contre la Serbie, c’est armer contre les Alliés. La Bulgarie et son roi nous ont causé trop de surprises pour pouvoir nous en causer encore de nouvelles : avec eux, il faut s’attendre à tout. L’attitude subite qu’ils viennent de prendre a causé seulement parmi nous un grand scandale. La Bulgarie doit tout à la Russie, beaucoup à l’Angleterre, et nous osons croire qu’elle doit aussi quelque chose à la France : ce sont les seules Puissances qui ont servi ses intérêts avec désintéressement et quelquefois même au détriment des leurs ; il serait plus difficile de dire ce qu’elle doit à l’Allemagne et surtout à l’Autriche ; quant à la Turquie, c’était hier le maître, le tyran, l’ennemi dont elle n’aurait jamais secoué le joug odieux sans les concours qu’elle a trouvés en Russie et dans l’Europe occidentale. Compter sur la reconnaissance des gouvernemens et des peuples a toujours été duperie, mais en toutes choses il y a une mesure : l’intérêt bien entendu en met une même dans l’ingratitude. C’est ce dont le roi Ferdinand ne paraît pas se douter. La leçon si méritée qu’il a reçue en 1913 n’a pas suffi à l’éclairer : il ne croit pas plus aujourd’hui qu’hier aux revanches de la morale. Au lieu de faire oublier la lourde faute qu’il a commise, sa seule préoccupation est de se venger de ses conséquences. Une occasion s’est offerte de les effacer à l’amiable et il n’a tenu qu’à lui d’en profiter : il a préféré recourir à la duplicité et à la force, moyens d’action qui se sont montrés une première fois insuffisans et qui pourraient bien l’être aussi une seconde. C’est son affaire : songeons à la nôtre. Les circonstances exigent de notre part, nous voulons dire de la part des Alliés, des résolutions rapides et des actes immédiats.