Page:Revue des Deux Mondes - 1915 - tome 30.djvu/419

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


premier soin de nos alliés fut d’en consolider les fortifications. Ensuite, se dirigeant vers Tnito, au Sud, ils en délogèrent l’ennemi. Celui-ci se retira vers Bamenda. Une seconde colonne forte de 2 compagnies, concentrée plus au Nord, à Takum, rejeta les Allemands au-delà de la frontière. Elle avait été, d’abord, moins heureuse car, en octobre 1914, les Allemands l’avaient obligée à battre en retraite en pénétrant eux-mêmes en territoire anglais.

Depuis lors, ces deux détachemens ne semblent pas avoir progressé. Il paraît probable que les Allemands ont pu se renforcer, car, au commencement d’avril, est parvenue l’annonce d’un combat important litre dans cette région et occasionnant aux Anglais des pertes sensibles.

En définitive, l’action du corps anglais, nettement séparé du détachement français, a eu surtout pour but de déblayer les environs de Duala où étaient installés le général Dobell et son quartier général et de dégager la frontière du Nigeria. La contrée ainsi occupée et désormais libre de la présence de tout ennemi a pour limite une ligne partant de Ikom et passant par Ossidinge, Tinto, Bare, Jabassi, Edea et le cours inférieur de la Sanga.

Dans ces opérations, les troupes du général Dobell avaient affaire, suivant les renseignemens parvenus, à 4 compagnies et à 2 détachemens de réserve, soit environ 1 200 hommes auxquels se sont joints des partisans dont le nombre peut être évalué à 4 ou 500.


* * *

Tandis que ces événemens se passaient, le 5 janvier, la colonne Mayer fut violemment heurtée à Edea par un parti ennemi, fort de plus de 800 hommes, dont 100 Européens. Profitant d’un brouillard épais, celui-ci s’avança en plusieurs fractions jusqu’auprès des sentinelles, sans être vu. Le poste de la mission catholique situé à l’Ouest, craignant d’être tourné, dut se replier momentanément. Heureusement, le feu de notre artillerie rendant intenables les bâtimens de cette mission, nous pûmes les réoccuper après trois heures de combat.

Au Sud, l’ennemi tente l’assaut des premières tranchées, mais il est repoussé avec de grosses pertes.

Sur ces entrefaites, vers l’Est, le blockhaus de la route de Jaundé, défendu par 20 Sénégalais, cloue sur place une