Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 57.djvu/521

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
519
comment finit la guerre.

59e division britannique délivre Lille ; le 20, l’armée belge entre à Bruges, Ostende, Zeebrugge. — Gand est menacé.

Les armées britanniques du maréchal sir Douglas Haig, après avoir rétabli leurs communications et organisé leur base de départ, attaquent le 17 ; la 4e armée Rawlinson arrive sur la Selle le 18, les armées Horne et Byng le 20 ; leur avance continue et atteint le 25 les lisières de la forêt de Mormal et les abords sud de Valenciennes. Vingt-quatre divisions britanniques, renforcées de deux divisions américaines, viennent de se heurter à 31 divisions allemandes, qui leur ont laissé plus de 20 000 prisonniers et 475 canons.

La 1re armée française Debeney avait appuyé ce mouvement en se liant étroitement à la 4e armée Rawlinson : elle avait conquis, dès les 12 et 13 octobre, vers Mont d’Origny, une bonne tête de pont sur la rive gauche de l’Oise, et à partir du 17 elle attaquait en remontant la rivière ; cette avance menace les arrières de l’ennemi qui défend la ligne de la Serre. En bordant cette rivière le 14, la 10e armée Mangin a dégagé la droite de l’armée Debeney, qui a pu franchir l’Oise inférieure ; à partir du 27, c’est la 1re armée qui dégage le front de la 10e, lui rendant ainsi un bien autre service.

L’armée Mangin en effet avait pour mission d’assurer la continuité du front entre l’attaque du nord et celle de l’est ; mais elle n’avait cessé d’attaquer elle-même. Le 19, elle faisait brèche dans la Hunding Stellung ; le 12, elle bordait la Serre et la Souche ; le 25, elle avait conquis des débouchés au delà de ces deux rivières. Enfin, le 27, elle commença à poursuivre l’ennemi dont la marche de la 1re armée menaçait les arrières. À ce moment, le général Humbert remplaça dans le commandement de ces troupes le général Mangin, appelé à une autre mission.

La 5e armée, où le général Guillaumat avait remplacé le général Berlhelot retourné en Roumanie, avait progressé à la droite de la 10e et atteint le 19 la Hunding Stellung qu’elle entame.

La 4e armée Gouraud et les années américaines du général Pershing ont pour mission d’attaquer entre Aisne et Meuse ; le col de Grandpré est débordé à l’ouest par l’armée Gouraud le 10, mais les Américains avancent très péniblement à travers la formidable ligne de Kriemhilde et ne la dépassent que le 14 ; la liaison se fait au delà de Grandpré. Alors le général Gouraud