Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 60.djvu/187

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


communistes jusqu’à l’extrême limite ; mais leur influence est à peu près nulle.

Enfin un groupe restreint d’intellectuels et de bourgeois cultivés a formé une organisation de Juifs indépendants. Leur programme est modéré ; ils demandent l’égalité de droit et de fait entre tous les citoyens polonais, sans distinction de nationalité, ni de confession.


L’ANTISEMITISME

Un fait résume toute la situation : il y a actuellement en Pologne quelques millions de citoyens qui vivent séparés du reste de la nation, qui s’en distinguent par la religion, par la langue, souvent par les usages et le costume, et qui prétendent transformer cette autonomie de fait en indépendance juridique et constituer un État dans l’Etat. Non contents de posséder leurs églises et leurs écoles, leurs organisations et leurs journaux, ils voudraient avoir leurs tribunaux, leurs finances, et jusqu’à leur Parlement. Des rapports officiels, sans parler des liens occultes, les unissent étroitement à des organisations étrangères riches et influentes. La majorité des Juifs de Pologne est hostile au maintien d’un État polonais indépendant et favorable à une domination étrangère, celle des Allemands. En de telles circonstances, j’avoue que ce qui m’a surpris davantage, ce n’est pas l’antisémitisme, mais la tolérance des Polonais. Je laisse de côté l’antisémitisme politique des Démocrates-Nationaux ; ce n’est ni une doctrine, ni même un principe d’action ; c’est une tactique provisoire, un épisode ; à l’analyse, on y trouve moins de conviction que d’opportunisme.

L’antisémitisme économique est plus sérieux. Les Polonais, voyant presque tout leur commerce et une partie de leur industrie aux mains d’étrangers indifférents et souvent hostiles à leur cause nationale, ont eu conscience du danger qui les menaçait et ont essayé de le conjurer : ils ont boycotté les produits juifs et se sont interdit toute tractation avec les fabricants et les commerçants israélites. Cette mesure, dont l’application devait être bientôt interrompue par la guerre, n’a pas donné les résultats qu’on en attendait. J’ai indiqué plus haut la place qu’occupent encore aujourd’hui les Juifs de l’ancien royaume de Pologne dans les principales branches du commerce et de