Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 60.djvu/576

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le nombre des votantes, car, en réalité, depuis cinquante ans, les femmes votent comme les hommes dans l’Etat de Wyoming, par exemple, et depuis vingt-cinq ans dans le Colorado, l’Utah et l’Idaho.

L’organisatrice du suffrage féminin est Mme Chapman Catt qui, ces dernières années, a fait preuve de qualités d’administrateur incomparables. C’est elle qui a unifié les programmes des nombreuses ligues féminines et nationalisé les efforts divergents de ces associations. La Ligue des Électrices a défini ainsi son vaste et noble dessein : collaborer à une œuvre législative qui aura pour objet d’améliorer le collège électoral et par suite tout le système politique de la nation américaine. Plusieurs comités nationaux se sont formés qui, chacun, travailleront à assurer l’américanisation des citoyennes, la protection de l’ouvrière, l’éducation de l’enfant, l’amélioration de la loi électorale, l’hygiène sociale et l’unification du statut civil de la femme. Comme on le voit, les suffragettes d’hier, électrices d’aujourd’hui, voient grand…


2 novembre.

Depuis six heures du matin les sections de vote sont ouvertes. Contrairement à ce qui se passe en France, les électeurs ne se rendent pas à la mairie ou à l’école du quartier ; ils vont, chez le coiffeur, l’épicier, ou le fruitier au coin de la rue, car l’administration municipale a déposé les urnes dans les boutiques de ces honorables commerçants. Il va ainsi dans la ville de New-York des centaines de sections où, jusqu’à six heures du soir, les citoyens exprimeront leurs suffrages.

Le bulletin de vote ne consiste pas, comme on pourrait le croire, en un petit carré de papier sur lequel est imprimé le nom du candidat à la présidence. Le système américain est beaucoup plus compliqué. D’abord, l’électeur ne vote pas directement pour Cox ou pour Harding. Il vole pour des électeurs du deuxième degré qui, eux, voteront pour le candidat, conformément aux vœux des électeurs du premier degré, sans toutefois être tenus de se conformer à leur opinion. De sorte que ce procédé bizarre réserve parfois des surprises.

Le bulletin est une grande feuille de papier, longue et large de cinquante centimètres, divisée en sept colonnes. La première porte l’emblème du parti démocrate, c’est-à-dire une étoile, les