Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 60.djvu/746

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’esprit. Comme nous ne pouvons pas ne pas agir, comme la moindre de nos actions se propage en répercussions illimitées à travers le vaste monde, n’avons-nous pas un intérêt primordial à l’harmoniser avec l’ordre qui est le fondement de notre vie et de notre bien, comme de la vie et du bien de tous ? Et cet accord, est-ce une chose si claire, si facile à trouver ? Avec l’idée de responsabilité, celle du « cas de conscience » est réintroduite par M. Paul Bourget dans la littérature.

C’était là toute une conception nouvelle de l’art et de la vie.


* * *

Comme toutes les nouveautés, celle-ci n’était qu’un retour, une remise en lumière d’une conception essentielle et fondamentale, momentanément abandonnée ou obscurcie.

En somme, M. Paul Bourget revenait à une très vieille idée chrétienne, celle de l’opposition de la nature et de la grâce, si tragiquement commentée et illustrée par Pascal. Entre le monde de la grâce et celui de la nature, entre le plan de la nécessité matérielle et celui du libre arbitre, le christianisme fournit l’accord, établit en quelque sorte le passage. Il est l’adaptation la plus parfaite que l’on connaisse non seulement de l’absolu au relatif, mais de l’activité humaine aux lois, aux conditions et aux circonstances de la pratique. De sorte que, même pour un observateur étranger au christianisme, tout se passe néanmoins dans le monde comme si le christianisme était vrai. Les drames de l’histoire et de la vie privée ne font que confirmer le Décalogue éternel.

Ainsi l’expérience, — l’expérience scientifique et philosophique, — ne fait qu’apporter des preuves en faveur du contenu le plus irréductible de la tradition, de ces idées anciennes comme le monde, sur quoi repose, avec la vie traditionnelle d’un pays, l’existence de toute civilisation. Ainsi les démolisseurs se sont trompés. Ils ont accompli une tâche funeste, mortelle, en ce sens qu’elle est contraire au bien et à la vie même du civilisé. Pour employer une expression qui lui est chère, M. Paul Bourget va donc reprendre leur tâche « à pied d’œuvre : » il va relever ce qu’ils ont détruit. Il sera le Reconstructeur.

Certains avaient nié la famille et même la race. Lui, il écrit