Page:Revue du Pays de Caux n1 janvier 1903.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
28
REVUE DU PAYS DE CAUX

Combien cela durera-t-il ?

Rien n’est éternel ici-bas et on pourrait même ajouter que de notre temps rien n’est durable : de telles situations pourtant dépassent notre horizon. On peut provoquer par un effort collectif, par la collaboration d’une quantité de volontés humaines, la cessation d’un état de choses matériel, la révision d’un traité, la substitution d’une politique à une autre. Mais lorsqu’il s’agit des idées dominantes d’une époque, l’action des individus sur leurs évolutions est extrêmement lente, si lente même que, le plus souvent, les contemporains ne la perçoivent pas. La philosophie actuelle de la démocratie, si l’on peut ainsi parler, est trop générale et trop complète pour être passagère. Elle passera, mais d’abord qu’il faut qu’elle s’use et venant de se former, elle n’est point près de s’user ; nous assisterons à l’épanouissement complet des notions et des passions qui l’alimentent. Puis ces notions et ces passions s’exagèreront ; après viendra l’usure. Cela regarde nos enfants : pour nous, il est certain que nous sommes condamnés à vivre dans cette atmosphère de force, de richesse et de race, que cela nous plaise ou non. Les violents s’irriteront en vain, et les sots se lamenteront. Une fois constaté, le fait contre lequel on ne peut rien, le mieux est d’en tirer le meilleur parti, make the best of it comme disent les Anglais en une formule d’une géniale virilité ; après tout, montrez-vous, quand il pleut, le poing aux nuages et injuriez-vous l’eau qui tombe ? Vous prenez votre parapluie, tout bonnement.


Le rôle de la démocratie française

La France moderne n’est pas toujours bien partagée sous le rapport des tâches qui lui incombent : ce sont souvent les plus ingrates et les plus délicates en même temps que les plus méritoires. Notre démocratie est vouée à l’équilibre ; des devoirs contradictoires pèsent sur elle ; elle est prise entre le double souci d’irrésistibles aspirations et d’hérédités obligatoires. Elle est anxieuse de paix, de partage et d’internationalisme en un temps où il lui