Page:Revue pour les français, T1, 1906.djvu/418

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
302
REVUE POUR LES FRANÇAIS

relativement important pour un territoire d’aussi faible étendue.

Une preuve évidente de la richesse du sol crétois, c’est qu’en dépit des agitations l’île n’a jamais cessé d’abriter une population nombreuse. Cette population dépasse aujourd’hui 300.000 habitants parmi lesquels se trouvent 270.000 chrétiens. Si nous en croyons les anciens auteurs, elle était dans l’antiquité de 1.200.000 âmes, de 750.000 au Moyen-Âge. Faisant la part de l’exagération et prenant ce dernier chiffre comme maximum atteint au cours des siècles passés, nous avons constaté qu’il correspond à une densité de 87 habitants par kilomètre carré, supérieure à celle de la France.

Ces considérations n’ont pas échappé à la Grèce. On comprend d’autant mieux qu’elle s’énerve de l’opposition des puissances qui l’empêchent d’annexer cette terre considérée par elle, avec raison, comme un fragment de son héritage.


----


ODENATH ET ZENOBIE



Dans la liste des souverains de fantaisie étudiés par nous l’autre jour à l’occasion d’une publication consacrée à leurs exploits figurait une « reine de Palmyre ». Il s’agissait d’une Anglaise, lady Esther Stanhope, qui avait imaginé de se faire couronner au milieu des ruines de l’antique Tadmor par tous les brigands de la région réunis à prix d’or. Ceci se passait dans la première moitié du siècle dernier. Il y avait alors quinze cents ans de la chute de la vraie reine de Palmyre, Zenobie. Et puisque l’attention de nos lecteurs a été attirée vers ce lieu où se concentra naguère la civilisation la plus brillante et où végètent aujourd’hui quelques pauvres familles arabes, le moment est propice pour leur rappeler brièvement les destinées prodigieuses d’une cité oubliée.

La bible en attribue la fondation à Salomon, ce qui a fait sourire Renan, on ne sait trop pourquoi car il n’a ni texte probant ni argument péremptoire à opposer à l’affirmation du livre saint. « Sedificavit Palmyram in terra solitudinis, il bâtit Palmyre au centre d’une étendue solitaire » ; le renseignement est précis et tout porte à croire qu’il est exact. La suzeraineté du roi d’Israël