Page:Richepin - La Chanson des gueux, 1881.djvu/265

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
228
la chanson des gueux


V

POLICHINELLE


De leur dôme parfumé
Les promenades couvertes,
Près de l’Odéon fermé
Montrent leurs feuilles ouvertes.

Je vais sous leur parasol
M’asseoir sur les chaises blanches
Aux premières de Guignol
Qui monte en plein vent ses planches.

C’est Colombine, Arlequin,
Pierrot et Polichinelle,
Cassandre, vieux mannequin,
La comédie éternelle !

Racleur de grinçants accords
Un violoniste maigre
Semble railler les décors
Que fait frémir sa note aigre.