Page:Richepin - La Chanson des gueux, 1881.djvu/287

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
250
la chanson des gueux


IV

À ADRIEN JUVIGNY


(il préparait alors sa licence ès lettres)


Ô candidat, trappeur des verbes grecs, fumiste,
Quel problème êtes-vous ? Quel profond alchimiste
En vous décomposant pourra répondre au point
D’interrogation qui dans ma tête poind ?
Quel abîme êtes-vous de noire indifférence ?
Je sais, pour mon malheur, que l’optatif est rance,
Que le discours latin pue et sent le moisi,
Et que vous en mangez. Or, je suis cramoisi
Quand je vois que depuis trois mois jamais vous n’eûtes
Le courage de leur ravir quelques minutes
Pour venir de mon air me prendre la moitié
Et respirer la fleur de ma jeune amitié.
J’ai besoin de vous voir, mon cher, car je vous aime.
Je voudrais vous montrer un peu ce que je sème,
Quel arbre ou quel légume est né dans mon jardin.
Mais vous lisez Pierrot-Deseilligny, Chardin,
Les compilations d’expressions triées